Les élections européennes vu depuis le Canada

À la fin de 2016, le stock cumulatif des investissements du Canada atteignait en Europe 232 G$, ce qui représente près de 20% des investissements totaux du Canada à l’étranger, selon le gouvernement canadien. Selon eurasia Group, firme d’analyse du risque politique américaine, les partis populistes de droite et de gauche pourraient augmenter substantiellement leur présence en mai au Parlement européen à Strasbourg (en France), pour passer de 28% des sièges en 2014 à 37% en 2019. Et cette configuration tient compte du fait que les élus du Royaume-Uni -dont une part importante étaient «eurosceptiques»- ne siègeront plus au Parlement européen en raison du Brexit. Dès lors, l’ère de libéralisme politique et économique pourrait prendre fin avec l’élection en mai.
En France, un sondage réalisé avant Noël montrait que le Rassemblement national de Marine Le Pen (anciennement, le Front national) recueillait un appui populaire de 21% comparativement à 19% pour le parti du président Emmanuel Macron, La République en Marche…. Il faut accorder plus d’attention à cette élection européenne en mai, car elle risque de changer à terme nos relations économiques et politiques avec l’Europe.

http://www.lesaffaires.com/blogues/francois-normand/cette-election-est-cruciale-pour-lavenir-de-leurope/607491

 

Laisser un commentaire