L’art, valeur refuge dans un Iran sous sanctions

La 10e édition des ventes aux enchères de Téhéran s’est conclue, vendredi 11 janvier, par un nouveau record, avec un volume de 33,4 milliards de tomans (2,6 millions d’euros), en hausse de 10 % par rapport à la précédente édition, six mois plus tôt. Selon le compte rendu des organisateurs, « sur ­environ 200 enchérisseurs inscrits, plus de 30 % en étaient à leur premier achat ». Une galeriste téhéranaise confirme ce constat : « Il y a beaucoup plus de monde que d’habitude, et beaucoup de nouveaux collectionneurs, très jeunes. ».
Depuis l’annonce, en mai 2018, par Donald Trump du retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien et le retour de l’embargo, la monnaie iranienne a perdu 60 % de sa valeur, alors que l’inflation frôle les 35 %. Et « depuis le printemps 2018, j’ai enregistré une augmentation de 30 % dans les achats que je fais pour mes clients », affirme Saideh Lotfi, marchande d’art à Téhéran.

https://www.lemonde.fr/culture/article/2019/01/14/l-art-valeur-refuge-dans-un-iran-sous-sanctions_5408726_3246.html

 

Laisser un commentaire