Les études supérieures sont-elles toujours rentables ?

Côté insertion dans la vie professionnelle, pour la promotion 2015 des Bac + 5, soit 30 mois environ après l’obtention du diplôme, seuls 71% des diplômés en archéologie, ethnologie, préhistoire sont en emplois. En creux, 29% sont donc au chômage ou encore dans l’antichambre de l’emploi. Première conclusion, l’appareil éducatif génère une surproduction d’intellectuels de plus en plus déconsidérés économiquement et socialement.
Lorsque l’on élargit le spectre à l’ensemble des grandes écoles (184 au total), le bilan est plus mitigé. Malgré un revenu plus important et un haut taux d’emploi, il faut beaucoup d’années pour amortir le coût de ses études, autrement dit, la promesse de retour sur investissement n’y est pas. Certains masters sont devenus ultra-compétitifs : dans l’ensemble de la filière droit-économie-gestion, le salaire mensuel net médian atteint 1 900 euros au bout de 18 mois, idem dans la filière Science-technologie-Santé avec un pic à 2 290 pour le cursus Mathématiques. C’est comparable avec la moyenne des grandes écoles qui, comme toute moyenne, marque de profondes disparités.

https://www.xerficanal.com/economie/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Les-etudes-superieures-sont-elles-toujours-rentables-_3747125.html

photo-1494398184676-a6dbe23b2409

 

Laisser un commentaire