En France, la révolution des données immobilières est en marche

« En France, la production de ces données repose sur seulement une dizaine d’acteurs », résume Mme Juillard. Des opérateurs locaux s’y ajoutent en tant que chaînons de réseaux nationaux, à l’instar des observatoires des loyers instaurés en 2014 par la loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) et des prix dans le neuf de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), première organisation de la profession.
Quant aux sources utilisées, elles continuent de provenir de seulement trois fournisseurs: les notaires (actes de vente authentiques), les agences immobilières (annonces et transactions signées) et les promoteurs immobiliers (réservations et ventes conclues). Tous les producteurs de données empruntent la voie de la dématérialisation pour remonter l’information à partir de ces trois mêmes fournisseurs, mais beaucoup conservent une part de travail « à la main ». Par exemple, les méthodes d’enquête restent centrales dans les dispositifs de production des données. Le branchement des producteurs aux systèmes d’information de leurs sources est encore rare.
Par ailleurs, la plupart des informations sont accessibles à l’échelle de la commune mais sur des champs différents. Les agrégats de niveaux supérieurs ou inférieurs ne sont ni disponibles systématiquement, ni homogènes. La périodicité varie également. Enfin, les prix et les loyers sont exprimés tantôt en médiane, tantôt en moyenne ; au m2 et/ou à l’unité. Bref, l’ensemble reste difficile à appréhender.

https://www.lemonde.fr/argent/article/2019/07/03/en-france-la-revolution-des-donnees-immobilieres-est-en-marche_5484996_1657007.html

sale-3701777_960_720

 

 

 

Laisser un commentaire