Le moteur de l’Europe en panne

« Il y aura beaucoup d’autres avertissements sur les résultats d’ici la fin de l’année », prévient l’économiste Ferdinand Duden Höfer, de l’Université de Duisbourg et Essen, cité par l’agence Reuters. « Aucun grand groupe n’est à l’abri. » Face à l’évidence, la banque centrale de l’Allemagne, la Bundesbank, a décidé de dire à voix haute ce que beaucoup redoutaient en silence: l’économie allemande s’est probablement contractée au deuxième trimestre qui vient de se terminer.
Le verdict officiel (de l’agence nationale Destatis) tombera à la mi-août. Jeudi dernier, la BCE a ouvert la voie à de futures baisses des taux d’intérêt, déjà à un creux historique, ce qui surviendra probablement en septembre.
Abaisser encore les taux, en Europe, est pourtant une stratégie quasi surréaliste. Car cela signifie que la BCE devra ramener encore plus bas le taux « de dépôt » des banques… qui est déjà négatif, soit à – 0,40 %. Un tel taux revient à taxer les banques pour les liquidités qu’elles confient à la banque centrale au lieu de les prêter aux entreprises et aux consommateurs. Une sorte de pénalité pour les prêteurs… qui ne prêtent pas assez.

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/201907/28/01-5235420-le-moteur-de-leurope-en-panne.php

europe-flag-eu-8bc86c-1024

 

Laisser un commentaire