Faut-il craindre un gros désordre sur les devises en cas de Brexit chaotique ?

On pourrait penser que le couloir de variation de la livre que l’on observe depuis près de trois ans, entre 1,10 et 1,20, incorpore déjà l’hypothèse du pire scénario. Bref, si tempête il y a, en cas de no deal, ce n’est pas sur le marché des changes qu’elle se manifestera avec le plus d’éclat. Une prise de recul historique, montre que la livre se situe aujourd’hui, là où elle s’est située par le passé au moment des épisodes de crise les plus paroxystiques de son histoire récente.
Cependant tout ne semble pas intégré pour autant car la croissance britannique commence sérieusement à se fissurer, en particulier l’investissement. Le Royaume-Uni a consumé de la sorte la bouffée d’oxygène de la dépréciation de la livre avant même que le choc réel ne se soit réellement produit.
De plus, la baisse de la livre est mécaniquement amortie du fait de ses effet collatéraux sur l’euro. Le scénario d’un Brexit dur affaiblit aussi l’euro.
Le vrai risque est un repli des actifs sur la zone euro, qui boosterait la valeur de l’euro par rapport au dollar, et aggraverait le ralentissement européen, qui doit dès lors inquiéter la zone. Le dollar est traditionnellement une valeur refuge… sauf si les États-Unis connaissent une turbulence financière…

https://www.xerficanal.com/economie/emission/Olivier-Passet-Un-Brexit-dur-peut-il-faire-plonger-la-livre-et-menacer-l-euro-_3747636.html

brexit-1491370_960_720

 

Laisser un commentaire