Les logements Pinel coûtent trop cher à l’État comme aux locataires, selon l’inspection des finances

Une aide fiscale onéreuse et pas très efficace, avec même « de nombreux effets négatifs ». Tel est le constat sévère de l’inspection générale des finances et du Conseil général de l’environnement et du développement durable dans un rapport publié le 14 novembre.
Les auteurs du rapport estiment que 195 000 logements auront été ainsi créés entre 1995 et 2017, essentiellement en zone B1, soit les grandes agglomérations, et loués à des loyers trop proches de ceux du marché: à peine 3 % au-dessous à Lille, 13 % à Toulouse et Rennes. Ils n’ont en rien empêché la hausse des loyers du parc privé qui progressaient, eux, globalement, de 38 % entre 2002 et 2018, tandis que les revenus des ménages ne gagnaient, dans le même temps, que 25 %.
Le rapport estime que les économies de loyers cumulées imputables au dispositif Pinel s’élèvent à 107 millions alors que son coût pour les finances publiques atteint, lui, 1,147 milliard d’euros. « Les 9/10es de la dépense liée au Pinel ont donc pour seule contrepartie la construction d’un logement locatif. »
Ils proposent plutôt de le réformer, notamment en prévoyant un contingent annuel, fixé à l’échelon national avant d’être décliné par régions, et de mieux mobiliser les investisseurs institutionnels.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/11/16/logements-neufs-le-gouvernement-incite-a-reformer-le-dispositif-pinel_6019426_3224.html

sale-3701777_960_720

Laisser un commentaire