Premiers impacts de la pandémie sur l’immobilier à Montréal

Le marché immobilier québécois a commencé à subir les premiers effets de la crise de la COVID-19 avec une forte baisse du nombre de transactions à Montréal dans la deuxième moitié du mois de mars.
Les ventes de propriétés ont reculé de 5 % sur l’île de Montréal en mars et le nombre de nouvelles inscriptions a chuté de 22 %. La baisse du nombre de ventes est qualifiée de non négligeable par l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), qui a diffusé ces chiffres en début de semaine.
« Dans un contexte où l’incertitude quant à l’issue économique de la crise est très élevée, il faut s’attendre à ce qu’acheteurs et vendeurs restent sur les lignes de côté, dit-il. Les mois d’avril et de mai devraient figurer parmi les mois les moins actifs jamais enregistrés pour la saison depuis le début du millénaire », ajoute M. Brant.

https://www.journaldemontreal.com/2020/04/07/premiers-effets-de-la-covid-19-sur-le-marche-immobilier

montreal-4113307_960_720

Laisser un commentaire