Au Canada, les importations chinoises rapportent plus qu’elles ne coûtent

D’après cet article, surnommée « l’effet Wal-Mart », l’augmentation au Canada de la vente de biens moins chers en provenance de la Chine de 2001 à 2011 a mené à une augmentation moyenne de 2,1 % par année plutôt que de 2,2 % du prix de l’ensemble des biens et services au pays, a calculé le Centre d’étude des niveaux de vie. Ce tout petit écart qui, après dix ans, s’est traduit par une augmentation cumulée du prix des biens de consommation de 17,6 % plutôt que de 20 %, a néanmoins valu aux consommateurs canadiens des économies totales de 8,74 milliards de dollars.
Ne représentant que 3,2 % de l’ensemble des importations au Canada en 2000, la Chine était rendue à 11 %, seulement dix ans plus tard, et à 12,6 % en 2017.
L’étude en conclut que les retombées économiques au Canada du commerce avec la Chine ont largement dépassé ses répercussions négatives, mais aussi qu’on aurait eu les moyens d’aider et de compenser plus généreusement ses victimes.
Exception faite des biens médicaux et alimentaires essentiels, l’ancienne vice-première ministre belge met toutefois en garde contre ces dirigeants de pays développés qui voudraient maintenant fermer leurs frontières au nom de la défense de la souveraineté industrielle.

https://www.ledevoir.com/economie/580502/commerce-les-importations-chinoises-rapportent-plus-qu-elles-ne-coutent

businessman-3417761_960_720

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :