Retraite complémentaire Agirc-Arrco: vers un gel des pensions ou un report de l’âge de départ ?

Pour faire face à un manque de ressources, la retraite complémentaire des salariés du privé, Agirc-Arrco, a fait à Bercy une demande de trésorerie de 8 milliards d’euros, cette somme devant permettre d’assurer le versement des pensions de juin et de juillet. Sauf que la réponse de l’État est tombée et elle est négative.
En avril, la baisse des cotisations perçues, liée principalement au chômage partiel, est de 25% alors que les prévisions annonçaient 50%. Les besoins sont donc moins importants que prévu et l’Agirc-Arrco, pour assurer principalement le paiement des pensions de juillet, emprunterait plus d’un milliard d’euros, plutôt que de puiser dans ses réserves.
Pour le moment, pour les retraités comme pour les actifs, cette recherche de trésorerie n’a pas d’impact. Mais si la situation perdure, la donne pourrait vite évoluer. « Difficile de deviner à quel niveau sera la situation dans quelques mois, analyse Frédéric Sève de la CFDT. Oui, nous avons connu un fort recul des cotisations versées mais ce le plus grave serait que pendant les prochains mois, le niveau de cotisation demeure 10% en-dessous de la normale. »
Suite à la crise de 2008, pour rétablir l’équilibre du régime, les partenaires sociaux qui gèrent l’Agirc-Arrco avaient alors décidé de mesures drastiques comme le gel des pensions et la création d’un bonus malus afin d’inciter les actifs à travailler au moins jusqu’à 63 ans.

https://www.capital.fr/votre-retraite/retraite-complementaire-agirc-arrco-vers-un-gel-des-pensions-ou-un-report-de-lage-de-depart-1372303

person-731423_960_720

Laisser un commentaire