Immobilier: montée des prix en trompe l’œil?

Dans un contexte de raréfaction de l’offre, et d’attentisme général, les prix de l’immobilier à Paris et à Lyon restent particulièrement élevés. Alors que les marges de négociation ont tendance à se stabiliser, la reprise du marché risque d’être lente.
On assiste, dans l’ancien à une hausse des prix exceptionnelle: du jamais-vu depuis la fin de l’hiver 2012. Elle est même supérieure à ce que l’on connaissait il y a un an, alors que le marché des maisons et des appartements était en pleine expansion. En cause: la crise économique en cours, qui fait suite à l’immobilisme enregistré pendant le confinement. Il avait mis quasiment à l’arrêt le marché de l’immobilier en France.
Une telle chute des ventes a été inédite depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, les compromis signés en avril ont chuté de 82,9 % en glissement annuel pour la France entière: 81 % pour la province, 87,2 % pour l’Ile-de-France et jusqu’à 89, 3 % pour Paris. Fait marquant, ce sont aussi les ménages les moins fortunés, qui cherchent à acquérir les biens les moins chers, qui ont quitté le marché. Ceci a automatiquement déplacé la courbe des prix vers le haut.

https://www.challenges.fr/immobilier/marche-de-l-immobilier-paris-et-lyon-des-villes-plus-cheres-que-jamais_715366

money-2724235_960_720

Laisser un commentaire