Canada: les enfants immigrés devenus adultes rapportent plus que les natifs

Premier constat: à l’âge de 20 ans, les immigrés qui ont grandi au Canada étaient un peu moins nombreux à travailler en 2017 que les Canadiens (79 % contre 84 %) et ils avaient un revenu médian moindre (9400 $ contre 11 650 $). Toutefois, cet écart de 19 % s’efface progressivement avec le temps et devient même favorable aux immigrés après quelques années. Ainsi, à l’âge de 30 ans, les immigrés arrivés ici dans l’enfance gagnent 12 % de plus que les Canadiens du même âge (45 200 $ contre 40 260 $ en 2017).

Qu’est-ce qui explique cette inversion? Les données de Statistique Canada n’apportent pas toutes les réponses, mais une des données analysées est fondamentale: les immigrés enfants sont beaucoup plus nombreux à fréquenter les cégeps et les universités que les natifs du Canada. De fait, en 2017, 70 % des immigrés de 20 ans qui avaient été admis au Canada enfants ont déclaré des droits de scolarité postsecondaires aux autorités fiscales, contre seulement 55 % pour l’ensemble des Canadiens de 20 ans.

Maintenant, autre surprise: les données pour le Québec sont passablement distinctes de celles d’ailleurs. Ainsi, contrairement aux autres grandes provinces, les immigrés enfants du Québec ne réussissent pas à rattraper ou à dépasser la rémunération des Québécois d’origine entre 20 et 30 ans car elle reste en deçà de 3,4%. Certes les jeunes immigrés de 20 ans étudient tout de même davantage (65 %) que l’ensemble des Québécois du même âge (53 %). Consolation pour le Québec: en 2017, les immigrés âgés de 20 ans étaient plus nombreux à travailler que la moyenne au Canada (83 % contre 79 %) et aussi nombreux à l’âge de 30 ans (83 %).

https://www.lapresse.ca/affaires/2020-08-20/donnees-renversantes-sur-les-enfants-immigres-devenus-adultes.php

 

canada

Laisser un commentaire