Immobilier: le gouvernement québécois aura les «étrangers» à l’œil

Même s’il juge que les investisseurs étrangers ne font pas surchauffer le marché immobilier québécois, le gouvernement entend les avoir à l’œil. Dès le 1er octobre, les acheteurs et vendeurs d’immeubles, terrains et autres propriétés devront déclarer leur nationalité au moment de la transaction. Le prix payé aussi.

Avant de pouvoir refroidir l’ardeur des étrangers en quête de placements plutôt sécuritaires chez nous, il faudrait bien savoir s’ils sont vraiment présents en nombre. Donc: «En raison des impacts possibles sur le marché immobilier, le Québec souhaite effectuer un suivi statistique», explique Sylvain Carrier, relationniste de presse au ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles.

«Selon les données compilées par JLR Solutions Foncières, publiées au budget 2020-2021, la présence des acheteurs étrangers demeure très faible au Québec et sur l’Île de Montréal», nous écrit Jacques Delorme, responsable des relations avec les médias. «En effet, la proportion des acheteurs étrangers dans l’ensemble des transactions immobilières au Québec a fléchi, passant de 1,1 % en 2018 à 0,9 % en 2019.»

https://www.lesoleil.com/actualite/immobilier-le-gouvernement-quebecois-aura-les-etrangers-a-loeil-0518bc2e48bdad529d277e340d6dd72e

immobilier

Laisser un commentaire