Un séparatisme des hauts salaires en France

On sait depuis les travaux initiés par Thomas Piketty et d’autres que les hauts salaires ont tendance à recevoir une part croissante des rémunérations au sein des entreprises. Ce que l’on sait moins, c’est que ces gros salaires ont de plus en plus tendance à se retrouver dans les mêmes entreprises, rompant progressivement les liens avec les autres salariés.

Le travail a consisté à repérer pour chacun des pays les lieux de travail des 1 % et des 10 % des salariés les mieux payés. Le phénomène de séparation salariale apparaît alors comme une tendance généralisée mais plus ou moins marquée selon les pays.

Ainsi, en France, en 1994, quand un salarié appartient à la catégorie des 1 % les mieux payés, 9 autres pourcents de ses collègues étaient comme lui. En 2015, c’est 16 %, un quasi doublement en 20 ans. Les chercheurs montrent que leur constat correspond bien à des évolutions différentes entre les entreprises et non pas à des réorganisations au sein des entreprises qui regrouperaient leurs différents types de salariés dans des filiales séparées.

Pourquoi? Le progrès technique a tendance à polariser les emplois selon les niveaux de qualification, en même temps que la mondialisation pousse à délocaliser les travaux les moins productifs. Tout cela se produisant à un moment où les stratégies de recentrage des entreprises sur leur cœur de métier poussent à l’externalisation de certaines tâches (sécurité, nettoyage, restauration…) qui regroupaient auparavant des niveaux différents de salaire dans les mêmes établissements.

https://www.xerficanal.com/economie/emission/Christian-Chavagneux-Un-separatisme-des-hauts-salaires-en-France_3748885.html

 

hauts salaires

Laisser un commentaire