Même avec un vaccin, la fin de la pandémie est encore loin

La première génération de vaccins contre la COVID-19 nous apportera sans doute un vaccin partiellement efficace, qui nous aidera tout de même à atteindre beaucoup plus rapidement un seuil d’immunité collective. Toutefois, un tel vaccin peut avoir quelques effets sociaux indésirables, notamment des changements de comportement des individus vaccinés. Ceux-ci peuvent en effet se sentir protégés par le vaccin et adopter davantage de comportements à risque. Le gain net d’une campagne de vaccination pourrait alors être bien moindre que prévu et ne présenter même aucun avantage.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les organismes de réglementation, par exemple la Food and Drug Administration américaine, ont décrété que l’efficacité d’un vaccin contre la COVID-19 doit être de plus de 30 %. Sous cette barre, une campagne de vaccination mondiale offrirait très peu d’avantages et coûterait très cher.

Les autorités sanitaires auront alors une certaine marge de manœuvre pour relancer des secteurs durement touchés par les mesures préventives mais ce sera très mince si l’efficacité du vaccin se situe entre 30 et 50 %.
En somme, entre la découverte d’un vaccin sécuritaire et efficace et la fin réelle de la pandémie grâce à une immunité collective obtenue par la vaccination, la population devra continuer à se plier à des mesures préventives pendant un certain temps.

https://lactualite.com/sante-et-science/meme-avec-un-vaccin-la-fin-de-la-pandemie-est-encore-loin/

vaccin

Laisser un commentaire