Silence de l’administration valant de refus: pas de délais pour que le contribuable saisisse le Tribunal

Doit-on considérer que l’absence de décision expresse en contentieux fiscal ne fait obstacle qu’au déclenchement du délai de droit commun de deux mois et qu’une décision implicite ne fera, inversement, pas obstacle au déclenchement du délai raisonnable d’un an, sous réserve que le demandeur ait eu connaissance de cette décision implicite, ou doit-on au contraire étendre la solution retenue pour le délai de droit commun de deux mois au délai raisonnable et exiger, pour le déclenchement de ce dernier délai, l’intervention d’une décision explicite?

La réponse du Conseil d’État est claire: si, en cas de silence gardé par l’administration sur la réclamation, le contribuable peut soumettre le litige au tribunal administratif à l’issue d’un délai de six mois, aucun délai de recours contentieux ne peut courir à son encontre, tant qu’une décision expresse de rejet de sa réclamation ne lui a pas été régulièrement notifiée.
Conseil d’État N° 443327 21/10/20

https://www.conseil-etat.fr/fr/arianeweb/CE/decision/2020-10-21/443327

contribuable

Laisser un commentaire