Les arrêts maladie de longue durée ont bondi de 33% dans le privé en 2020

Plus d’un salarié sur trois (36 %) s’est vu prescrire un arrêt de travail au cours des 12 derniers mois, selon le baromètre annuel publié par Malakoff Humanis ce 16 novembre. C’est beaucoup, mais c’est moins qu’en 2019 (où le taux était de 44%), en raison notamment du confinement et du chômage partiel mis en place en raison de la crise sanitaire (les arrêts de travail dérogatoires pour garde d’enfant et les arrêts de travail dérogatoires « personnes à risque » ne sont pas pris en compte dans ces données, précise l’étude). Si la maladie ordinaire est le principal motif évoqué (à 29 %), elle est suivie par les troubles musculo-squelettiques (17%) et les troubles psychologiques (15 %). 30% de ces arrêts ont donc une origine professionnelle.

Plus inquiétant, les arrêts de plus de 30 jours ont, quant à eux, bondi de 33 %. Ils atteignent en moyenne 94 jours en 2020. Les plus de 50 ans sont les principaux concernés: ils représentent 44 % de ces arrêts, devant les 35-49 ans (32 %) et les 18-34 ans (24 %). Conséquence: les coûts liés à cet absentéisme (le versement des indemnités journalières) grimpe de 23 %, souligne l’étude.

https://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/droit-travail/les-arrets-maladie-de-longue-duree-ont-bondi-de-33-dans-le-prive-en-2020_2138615.html

arrêts maladie

Laisser un commentaire