Immobilier: la forte demande pour les propriétés persiste

Tous les secteurs devraient connaître une croissance des ventes en 2020 relativement à 2019 ce qui témoigne d’une vigueur indéniable dans le marché immobilier pour tous les types de propriétés même si certains secteurs sont privilégiés. Lorsque les mesures de soutien s’atténueront, l’offre devrait progresser un peu ce qui réduira probablement la pression sur le marché immobilier. Toutefois, cela pourrait prendre quelques trimestres avant de s’observer et la tendance risque de varier grandement d’une région à l’autre. Déjà, l’île de Montréal connaît un marché moins vigoureux que le reste du Québec, le télétravail amenant les gens à se loger plus loin du centre-ville. L’écart de prix entre l’île et les régions pourrait donc s’amenuiser alors qu’elle tendait à s’accroître depuis quelques années.

Ceci étant dit, à plus long terme, le marché immobilier montréalais devrait reprendre de la vigueur lorsque le nombre d’immigrants augmentera et que les résidents non permanents seront de retour.

Les ventes d’unifamiliales voit le prix médian augmenté de 9% sur un an avec un volume quasi stable (-2% et les condos voient leurs prix médians augmentés de 6% en un an avec un volume en hausse de 6%).

En ce qui concerne les prix, sur douze mois, ce sont les municipalités en banlieue de Montréal qui semblent connaître les plus fortes croissances. Ces secteurs affichent d’importantes croissances, car la pandémie a accru la demande pour les maisons en banlieue et que ces secteurs présentaient déjà des hausses de prix avant la pandémie.

https://www.lesaffaires.com/mes-finances/immobilier/immobilier-la-forte-demande-pour-les-proprietes-persiste/621168

 

Immobilier

Laisser un commentaire