Fiscalité : la CRDS, du provisoire parti pour rester

Petite sœur de la CSG, la contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) devait à l’origine s’éteindre dès 2009, mais durera au moins jusqu’en… 2034.
C’est un prélèvement de 0,5 %, lui aussi assis sur l’ensemble des revenus, et devant permettre d’apurer les dettes transférées à la toute nouvelle Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades), soit 250 milliards de francs (environ 38 milliards d’euros).

https://www.la-croix.com/Economie/Fiscalite-CRDS-provisoire-parti-rester-2020-12-14-1201130024

 

Laisser un commentaire