Déresponsabilisation fiscale en France ?

L’année 2020 aura vu l’État lever plus de dettes (260 milliards d’euros) que d’impôts (250 milliards) ! La mesure fiscale phare de l’actuel quinquennat aura-t-elle consisté à exempter de taxe d’habitation l’immense majorité des contribuables. Ce faisant, elle supprime une des dernières opportunités pour nombre de citoyens, jusqu’alors appelés à signer ce seul chèque au Trésor, d’appréhender le coût des services publics.

Dans une même logique de déresponsabilisation, la majorité précédente a exclu près d’un million de contribuables du champ de l’impôt sur le revenu. Naturellement, en l’absence de toute diminution de la dépense publique, ces mesures n’étaient nullement financées.

Or il suffirait de mentionner mensuellement dans leur salaire brut, en une ligne unique, les « charges (dites) patronales » – parfait oxymore – pour parvenir à une prise de conscience. En synthèse, si le coût social d’un salarié s’élève à 160, son salaire brut se limite à 100 et le virement sur son compte bancaire à 80.
En réalité, l’ensemble de notre fiscalité tend à l’infantilisation des citoyens. Les prélèvements sur les produits pétroliers illustrent parfaitement la prédilection de notre État pour les prélèvements furtifs. Le coût d’un litre de SP95 est de 0,64 euro pour un prix à la pompe de 1,428 euro. es gains du loto sont réputés exonérés d’impôt. Notre Léviathan omet simplement de préciser qu’entre la somme des mises jouées et le gain remis aux heureux gagnants il a été procédé, en catimini, à un prélèvement d’un tiers !

https://www.lepoint.fr/economie/les-dangers-d-une-fiscalite-de-plus-en-plus-furtive-19-12-2020-2406524_28.php#

 

Laisser un commentaire