Pourquoi l’inflation devrait rester modérée en 2021 malgré la reprise économique

« On constate une très grande divergence d’options, admet Patrick Artus, chef économiste chez Natixis. La moitié des économistes pensent qu’on va être durablement en déflation, et l’autre moitié pense qu’une inflation forte va revenir. » Qui a raison ? C’est bien toute la difficulté. « Les arguments des deux camps sont justes, répond l’économiste. L’inflation sera le résultat de forces très opposées, mais pour le moment les forces déflationnistes l’emportent sur les forces inflationnistes. »

Ce scénario d’une « normalisation » est aussi celui retenu par la Banque de France. Dans ses prévisions pour 2021 publiées le 14 décembre, l’institution estime qu’elle s’établirait, en moyenne annuelle, à 0,5 % en 2020, ainsi qu’en 2021. Elle se redresserait ensuite très progressivement pour atteindre 0,8 % en 2022 et se situer légèrement au-dessus de 1 % en fin d’année 2023, alors que la Banque centrale européenne (BCE) prévoit 1,4 % en 2023 pour l’ensemble de la zone euro.

https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/01/01/pourquoi-l-inflation-devrait-rester-moderee-en-2021-malgre-la-reprise-economique_6064978_3234.html

 

Laisser un commentaire