Le télétravail dans les banques continue de diviser

Le 7 janvier, la Société Générale a conclu un accord faisant du télétravail «une modalité de travail ordinaire», prévoyant notamment l’ouverture du télétravail à tous les métiers de la banque, deux jours de télétravail par semaine ou encore une allocation de 150 euros pour mieux s’équiper à domicile. A ce jour, entre 20 et 25% des salariés sont en télétravail dans les agences.

Dans les services centraux parisiens, environ 18.000 personnes soit 94% des salariés sont en télétravail. Cependant,, 20.000 salariés des services centraux ne bénéficient pas, à ce jour, d’indemnités repas. De même, si la banque a doté mi-2020 ses salariés de tablettes, tous ne sont pas encore équipés. Enfin, si le télétravail sur deux jours par semaine reste adaptable en fonction des métiers, notamment en middle ou back-office. «Cela sera plus difficile à mettre en œuvre en agence», souligne la déléguée syndicale.

Chez BNP Paribas, seulement 200 sur 1.700 agences ont mis en place le télétravail. Par ailleurs, 22% des salariés sont présents dans les immeubles parisiens, 44% sur les sites de back-office du réseau (BDDF Opérations) et 39% sur les sites service clientèle. «La difficulté, c’est le réseau : il y a des roulements pour les agences de plus de sept salariés, très difficile à mettre en œuvre.

Des discussions sont en cours entre la CFDT et BNP Paribas pour intégrer de nouveaux droits à l’accord actuel de télétravail. Ces derniers demandent par exemple de décorréler le télétravail du flex-office et de remettre en place une indemnité versée par jour de télétravail à domicile.

http://www.agefi.fr/banque-assurance/actualites/quotidien/20210205/teletravail-dans-banques-continue-diviser-314948

 

Laisser un commentaire