Un «redosage fiscal» pour compenser le choc démographique au Québec ?

Si le gouvernement du Québec taxe encore en 2040 sa population de la même façon qu’il le fait aujourd’hui, il fera face à un manque à gagner dépassant les 5 milliards par année même si rien d’autre ne devait changer que le vieillissement prévu des Québécois, estiment les auteurs d’une étude dévoilée mercredi par la Chaire en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke et la Chaire de recherche sur les enjeux économiques intergénérationnels de HEC Montréal.

Il lui suffirait pourtant d’augmenter ses taxes de vente de 2 milliards et de compenser cette hausse par une diminution équivalente de l’impôt sur le revenu pour transformer ce manque à gagner en gain net de 462 millions à 1,6 milliard.

Cette importante différence tient à deux facteurs, explique l’étude d’une vingtaine de pages. Le premier est lié au fait que les personnes plus âgées (comme les plus jeunes d’ailleurs) ont généralement des revenus imposables et des taux d’impôt moyens plus bas que les 30 à 59 ans.

Le deuxième et plus important facteur tient cependant au fait que les taxes à la consommation sont considérées, par les experts, comme moins dommageables pour la croissance économique que les autres formes d’impôts.

https://www.ledevoir.com/economie/595006/quebec-un-redosage-fiscal-pour-compenser-le-choc-demographique

 

Laisser un commentaire