Les banques françaises ont profité des prêts géants de la BCE en 2020

En France, les principaux groupes bancaires ont emprunté un peu moins de 400 milliards d’euros à la BCE au titre du nouveau programme de liquidités TLTRO, Crédit Agricole et BNP Paribas en tête. Assortis de taux négatifs, ces prêts ont généré plusieurs centaines de millions d’euros de revenus complémentaires.

Outre BPCE, le groupe Crédit Agricole est – à proportion de sa taille – le plus gros souscripteur de TLTRO3, avec 133 milliards d’euros d’encours à fin 2020. Suit BNP Paribas, avec 101,8 milliards d’euros, ainsi que Société Générale à hauteur de 62,6 milliards d’euros.

Les banques peuvent compter sur un taux négatif de -1 % en vertu des règles du jeu fixées par la BCE : ce taux préférentiel est accordé aux établissements ayant au moins maintenu leurs encours de prêts aux entreprises et aux ménages entre juin 2020 et juin 2021. « Ce taux est accordé en échange d’une prise de risque consentie par les banques pour accorder des prêts, dans le cadre d’une politique monétaire plus large », relativise un expert, qui réfute l’idée qu’il s’agirait d’un « cadeau » au secteur.

Pour identifier les gagnants et les perdants, il faudrait au moins calculer « en net », explique Eric Dor, directeur des études économiques à l’IESEG School of Management. Selon ses calculs, l’Italie est la grande bénéficiaire de ces politiques (avec 2,77 milliards d’euros de gains nets pour les banques), la France n’arrivant qu’en sixième position (avec 243 millions). Le système, en revanche, pénalise les banques allemandes à hauteur de 755 millions d’euros.

https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/les-banques-francaises-ont-profite-des-prets-geants-de-la-bce-en-2020-1291152

 

Laisser un commentaire