Des coops de propriétaires, un nouveau modèle vendeur

L’instigateur du projet, Richard Painchaud, préfère parler de petites maisons plutôt que de minimaisons.

On n’a quand même pas affaire au village des Schtroumpfs ici, mais à des espaces de 65 m2 (700 pi2). Situé dans l’est de la ville, le Petit Quartier de 73 résidences doit commencer à pousser en avril.. Dans ce quartier voisin de grands espaces verts, les maisons sont près les unes des autres. Un bâtiment commun est consacré aux activités collectives et à l’entreposage de biens partagés — de la tondeuse aux outils, en passant par le four à raclette.

« Quand on a besoin d’aide, on peut frapper à la porte du voisin sans problème, poursuit Mme Martel. On n’est même pas encore sur le site et, déjà, par le groupe de futurs résidents, j’ai rencontré beaucoup de gens et j’ai créé des amitiés. »

Lorsque des résidents partent, les propriétés de Cohabitat se revendent au prix du marché, ce qui ne sera pas le cas de celles du Petit Quartier de Sherbrooke. Le modèle de base avec mezzanine devrait se vendre environ 150 000 $, mais sa valeur de revente sera régulée pour rester à 25 % en dessous des prix du marché.

« L’objectif d’une coop de propriétaires, c’est qu’elle soit accessible au premier, au deuxième, au troisième et au quatrième acheteur », précise M. Painchaud. D’emblée, seuls les membres de la coopérative peuvent racheter la maison.

https://www.ledevoir.com/societe/596494/immobilier-des-coops-de-proprietaires-un-nouveau-modele-vendeur

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :