Le nouvel ordre capitaliste des ultra-riches

Les 35 premières fortunes du monde représentent l’équivalent du PIB d’un pays comme la France. Ces chiffres deviennent l’expression paroxystique d’un dérèglement, d’une explosion des inégalités, voire d’un enrichissement en temps de guerre sanitaire, qui nourrit les idées complotistes les plus folles. Est-ce au détriment des autres ?

S’il existe des rémunérations exorbitantes comme pour le PDG d’Alphabet (Google) ou celui de Starbucks qui ont gagné en 2020 plus de 1 000 fois le salaire d’un de leur salarié médian en 2020, elles ne produisent pas des fortunes aussi vertigineuses.

Ce dont on parle-là, c’est de la trajectoire d’enrichissement de fondateurs créateurs, propriétaires (pour partie au moins) de leur entreprise, et parfois de leurs héritiers. C’est la valorisation de cette entreprise qui génère l’enrichissement par la suite. Une valorisation qui résulte :
– du jeu de croyance sur les profits futurs que distribuera l’entreprise dans le futur ;
– du jeu d’enchère entre gestionnaires d’actifs, auxquels les apports de liquidité des banques centrales ne fixent plus de limites ;
– de phénomènes d’agglomérations et de domination qui jouent sur un mode cumulatif, sur le pouvoir de captation des brevets les plus prometteurs par les entreprises déjà hypervalorisées, etc.

Avec à la clé des milliardaires qui sanctuarisent fiscalement leurs fortunes dans des fondations philanthropiques et qui par ce truchement deviennent des acteurs clés de la solidarité et du mécénat culturel. Qui font main basse par croissance externe sur les médias. Qui se lancent dans des projets spatiaux ou monétaires, avec les crypto-monnaies qui jusqu’ici avaient toujours été l’apanage de l’État, privatisant des domaines autrefois réservés à la puissance publique et symboles de sa souveraineté.

Et au bout du compte, derrière cette dérive vertigineuse des richesses, il n’y a pas forcément un dérèglement fatal, une bulle vouée à exploser, mais bien un nouvel ordre, un nouveau régime qui ne cesse de se renforcer, et qui déplace les centres de décision et les lieux de pouvoir.

https://www.xerficanal.com/economie/emission/Olivier-Passet-Le-nouvel-ordre-capitaliste-des-ultra-riches_3749478.html

 

Laisser un commentaire