Immobilier : à Paris, les locaux commerciaux, nouvel eldorado pour les meublés touristiques

S’il est devenu difficile de louer son logement pour une courte durée, rien de plus facile en revanche pour un local commercial. Les entreprises s’engouffrent dans cette brèche juridique, au grand dam de la Ville de Paris et des habitants.

Les acquéreurs, le plus souvent des professionnels de l’immobilier, des holdings ou même des fonds d’investissement, s’ arrachent les locaux de grossistes du IIIE et IVE pour diviser leurs lots en appartements, qui, une fois retapés à moindre coût, sont très vite loués sur des plates-formes de type Airbnb ou Sweet Inn, une start-up franco-israélienne qui s’est fait une spécialité de louer des locaux commerciaux transformés en lieux de résidence de courte durée haut de gamme.

« Ce mode opératoire, très discret, se propage et prospère depuis plusieurs années », s’alarme le défenseur du quartier du Marais qui estime « à plusieurs centaines » le nombre de ces opérations dans la capitale.

Il suffit de deux démarches : déposer une déclaration préalable de travaux auprès de la Mairie — qui l’approuve systématiquement si elle est correctement remplie — et de faire enregistrer le bien sous sa nouvelle affectation d’« hébergement hôtelier » au lieu de « bureaux ».

Cependant, ne sont pas toujours respectés les règlements de coproprité ni les normes contraignantes anti-incendies qui s’appliquent aux petits hotels.
Un texte serait en préparation pour soumettre ce changement à autorisation. Cependant, déjà le modèle risque de changer vers une solution d’hébergement plus mixte, de type sleep and work, mêlant chambres de repos et bureaux …

https://www.leparisien.fr/immobilier/immobilier-a-paris-les-locaux-commerciaux-nouvel-eldorado-pour-les-meubles-touristiques-11-03-2021-8428137.php

 

Laisser un commentaire