Avec la crise sanitaire, les banques traditionnelles ont rattrapé leur retard sur les c en ligne

La crise sanitaire a accéléré le changement des usages bancaires. « Elle a entraîné une accélération de l’utilisation des canaux bancaires numériques », explique Philippe Bailly, le président de D-Rating, l’agence de notation de la performance numérique des banques de détail.

À partir du premier confinement de mars 2020, les Français enfermés chez eux ont donc pris l’habitude de gérer leurs comptes et effectuer des opérations depuis le site internet ou plus fréquemment encore depuis l’appli mobile (80% des opérations) de leur banque.

Contre toute attente, «les gagnants du Covid ne sont pas les néobanques », estime le président de D-Rating qui a noté 70 les offres numériques de 70 banques présentes dans 15 pas européens.

Les néobanques (N26, Revolut, Orange Bank…), des banques sur mobiles, réputées pour leur agilité et leurs applis simples et fonctionnelles se sont multipliées ces dernières années, mais leurs offres restent majoritairement basiques, avec un compte courant et des cartes bancaires. Ces nouveaux acteurs sont détrônés par les banques traditionnelles, qui ont elles surfé sur la crise sanitaire.

Jusqu’ici bousculées par les néobanques, elles ont rattrapé leur retard numérique et avec la pandémie ont accéléré le déploiement de leurs offres en ligne (ouverture de comptes, assurance, produits financiers…). De plus, leurs applis sont désormais équivalentes voire dans certains cas plus fonctionnelles que celles des néobanques.

https://www.lefigaro.fr/conso/avec-la-crise-sanitaire-les-banques-traditionnelles-ont-rattrape-leur-retard-sur-les-banques-en-ligne-20210317

 

Laisser un commentaire