L’impuissance suicidaire de l’Europe face à la crise de la Covid

Pour l’Europe, le constat est connu :Il y a des facteurs de divergences (monnaie unique sans transferts budgétaires, manque de synergie, concurrence fiscale et sociale et des règles complexes) contrebalancée par ses forces (protection de l’euro, souplesse des règles en cas de crise).

Maintenant, ce qui s’opère aujourd’hui sous nos yeux, c’est un déplacement de la concurrence sur les modèles économiques… Nous sommes entrés sans bien le réaliser dans une guerre DES capitalismes, une guerre des systèmes de régulation dont nous ne connaissons pas encore l’issue et qui prend totalement de cours la mythologie européenne.

Les conflits ont changé de nature. La guerre est devenue civilisationnelle, moins idéologique, économique, beaucoup plus diffuse, à travers son expression terroriste, traversant les frontières et menaçant de l’intérieur parfois les nations. Et les modèles autoritaires, centralisés, loin d’être vaincus par leur sclérose, se réinventent, se digitalisent et s’exportent. Les variants chinois et russe ont repris du poil de la bête et la démocratie libérale qui croyait s’imposer de façon virale doit elle-même se remettre en question.

Or, l’Europe s’est tout entière conçue sans le dire sur cette vision naïve de la fin de l’histoire, bâtissant une petite mondialisation régionale dans la grande. Intégration économique = paix ; union concurrentielle et monétaire = rééquilibrage des rapports de force.

In fine, l’UE apparaît de plus en plus comme un attelage lourd et discordant, une empêcheuse d’agilité et de ripostes défensives. Elle voit poindre à sa frontière avec le Brexit le contre-modèle d’un pays qui renonce à l’illusion de la force collective et mise sur un souverainisme véloce de marché. Une sorte de modèle israélien à sa frontière qui n’attend pas tout de la taille et des forces magiques de la concurrence.

https://www.xerficanal.com/economie/emission/Olivier-Passet-L-impuissance-suicidaire-de-l-Europe-face-a-la-crise-de-la-Covid_3749510.html

Laisser un commentaire