Au Nigeria, la banque centrale déclare la guerre aux cryptomonnaies

Confrontés à une situation économique difficile et à la dévaluation du naira, les Nigérians plébiscitent les devises virtuelles comme le bitcoin.

L’insolente vitalité des cryptomonnaies au Nigeria est-elle menacée ? Face à la frénésie que suscitent ces devises virtuelles, bitcoin en tête, dans le pays le plus peuplé d’Afrique, la Banque centrale nigériane (CBN) est bien décidée à serrer la vis.

Début février, elle a rappelé que leur utilisation était illégale – une interdiction déjà formulée en 2017 – et demandé aux banques commerciales d’« identifier les personnes et entités » disposant de comptes en cryptomonnaies, afin de les « fermer immédiatement ».

Jusqu’ici, il était possible de transformer facilement ses « coins » virtuels en monnaie sonnante et trébuchante en passant par une application spécialisée. « Désormais, si la banque voit qu’un virement a été effectué depuis ou vers l’une de ces plateformes, elle risque de fermer automatiquement le compte concerné », explique un utilisateur au téléphone.

Le Nigeria se place systématiquement dans le top 10 des pays possédant le plus grand nombre d’utilisateurs de cryptomonnaies. Au cours des cinq dernières années, le pays a échangé des bitcoins pour une valeur de plus de 566 millions de dollars (environ 480 millions d’euros) sur la plateforme Paxful – ce qui, après les Etats-Unis, représente le plus gros volume mondial.

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/03/25/au-nigeria-la-banque-centrale-declare-la-guerre-aux-cryptomonnaies_6074470_3212.html

Laisser un commentaire