Crédit Suisse, la nouvelle « bad » banque européenne

Crédit Suisse, la deuxième plus grande banque helvète avec 1200 milliards de dollars d’actifs, est en crise. On devrait même dire « encore » en crise. Alors que le départ du dirigeant franco-ivoirien – arrivé en 2015 et accusé d’espionnage – était censé donner un nouvel élan au groupe, tout semble reparti de travers. Les choses ont encore pris une autre ampleur il y a quelques jours avec la faillite d’Archegos, un obscur fonds spéculatif américain.

« La goutte de trop », euphémise un ancien de la banque. Dans cette affaire, Credit Suisse, qui était le prêteur principal du fonds new-yorkais, a perdu gros à la fois en termes de réputation et d’argent. L’addition est particulièrement salée pour l’institution suisse, puisqu’elle a perdu 4,7 milliards de dollars.

Sur les marchés boursiers aussi, la situation s’est brutalement tendue. La banque suisse, qui n’était déjà pas au mieux de sa forme, a vu son cours chuter de plus de 20%, à des niveaux historiquement bas (elle a perdu 70% en cinq ans), et des actionnaires exaspérés cherchant tout simplement à comprendre : que se passe-t-il dans « leur » banque qui ne pèse plus que 25 milliards de francs suisses (27 milliards de dollars) en Bourse, contre près de 100 milliards il y a une décennie ?

Le mal semble en effet plus profond. « Il est structurel », indique un ancien du groupe. Des propos qui font écho à ce que disent tous les observateurs : Crédit Suisse prend des risques, trop de risques, sans avoir forcément les moyens de les gérer, comme un pilote qui voudrait pousser une voiture de course qu’il ne contrôle pas totalement.

Le problème c’est que tout le monde ne s’appelle pas Morgan Stanley ou Goldman Sachs, les deux banques américaines considérées comme les « références » dans le secteur. « Eux aussi prennent beaucoup de risques, mais ils ont les équipes pour », explique le banquier d’un établissement concurrent.

https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/enquete-credit-suisse-la-nouvelle-bad-banque-europeenne_2148534.html

 

Laisser un commentaire