« Mon devoir de conseil se heurte aux objectifs de la banque » : la colère d’une banquière

Cette banquière raconte comment les objectifs donnés par son établissement bancaire sont à l’encontre de ce qu’elle croit être l’intérêt de son client. Par exemple : « Cette année, on me demande notamment de placer 700 000 à 800 000 euros sur les marchés financiers, pour 1 à 1,2 million d’euros de versements sur l’assurance vie.

Or, actuellement, je trouve que les marchés financiers sont un peu trop hauts. C’est pourquoi, je pensais attendre un peu avant de proposer à mes clients d’investir. Mais on m’a finalement demandé de faire la moitié de cet objectif sur le premier trimestre. Donc, en ce moment, mon devoir de conseil se heurte aux objectifs qui m’ont été fixés. »

« Dans ma banque, les semaines « coups de poing » existent depuis 5 ans. Mais au départ, il y en avait une ou deux par an pour tenter de rattraper une année maussade. Mais cela a tellement bien marché que la pratique est devenue normale. Désormais, il y 3 semaines par an de crédit conso, 3 semaines pour la prévoyance, 3 semaines pour l’assurance… En fait, il y a désormais souvent quelque chose de plus à vendre. »

https://www.moneyvox.fr/banque/actualites/83179/mon-devoir-de-conseil-se-heurte-aux-objectifs-de-la-banque-la-colere-une-banquiere

 

Laisser un commentaire