La perte inquiétante de l’indépendance alimentaire de la France

Avec une production supérieure à 70 milliards d’euros en 2020, la France domine pourtant encore totalement le top 5 européen, loin devant l’Allemagne en deuxième position. En grossissant à peine le trait, l’agriculture française c’est celle du Royaume-Uni et de l’Espagne réunie. Là où l’image s’écorne un peu, c’est que le poids de l’agriculture française dans l’UE se réduit au fil du temps passant de 20% de la production agricole européenne à la fin des années 90 à environ 17% aujourd’hui.

Deuxième encoche, la perte de compétitivité de la « ferme France » dans son ensemble. La part de marché mondial de l’agriculture française a été divisée par deux depuis le début des années 90 pour tomber juste au-dessus de 4%. Désormais, l’Allemagne et les Pays-Bas ont des parts de marché supérieures à celle de la France qui a glissé de la 2e place des principaux pays exportateurs agricoles au début des années 80 à la 6e aujourd’hui.

Encore faut-il, pour prendre la pleine mesure des conséquences de la perte de notre indépendance alimentaire, intégrer l’industrie des produits transformés, c’est-à-dire les IAA (hors boissons), les excédents viti-vinicoles masquant la tendance de fond dans l’alimentaire.

Le solde a plongé dans le rouge courant 2014 sans jamais revenir ne serait-ce une fois à l’équilibre depuis. Désormais les importations couvrent une part de plus en plus importante de l’alimentation des Français : près d’un fruit et légume sur deux consommés en France est aujourd’hui importé, plus d’un tiers de la consommation intérieure de volaille (c’était 13% en 2000) et un quart de la consommation de porc.

https://www.xerficanal.com/economie/emission/Alexandre-Mirlicourtois-La-perte-inquietante-de-l-independance-alimentaire-de-la-France-_3749665.html

 

Laisser un commentaire