Les multiplex ont la cote

Les immeubles de 2 à 5 logements attirent à la fois de futurs propriétaires-occupants, mais aussi des investisseurs. À ce titre, les tendances dans ce marché suivent partiellement celle de l’unifamiliale, mais elles peuvent également diverger un peu selon le comportement des investisseurs.

Ainsi, pour les 4 premiers mois de 2021, les ventes de multiplex ont été 74% plus nombreuses qu’en 2020 selon les données colligées par JLR, société d’Equifax à partir du Registre foncier du Québec. L’année démarre donc en force, et ce, après une augmentation de 16% en 2020. Cette croissance des acquisitions s’observe un peu partout en province.

Les taux d’inoccupation ont remonté en 2020 selon les données de la SCHL, mais ceux-ci restent faibles et la croissance des logements vacants est principalement concentrée au centre-ville de Montréal. Par conséquent, hormis dans les quartiers centraux, les unités inoccupées ne s’avèrent pas un problème présentement. Cela favorise donc une bonne rentabilité des immeubles.

Considérant le retour en classe des étudiants dès l’automne et le rebond attendu de l’immigration, la demande de logements devrait être au rendez-vous l’année prochaine ce qui favorise l’achat de multiplex. À partir du 1er juin, le resserrement du test de résistance pour les prêts assurés et non assurés limitera davantage la capacité d’achat des ménages. Le taux d’intérêt minimum pour le test de résistance hypothécaire passera de 4,79% à 5,25%. Ceci pourrait refroidir un peu le marché, toutefois l’impact risque d’être somme toute limité.

https://www.lesaffaires.com/blogues/joanie-fontaine/les-multiplex-ont-la-cote/625168

 

Laisser un commentaire