Le Canada et le Royaume-Uni concluent un accord commercial provisoire

Rappelons que le Royaume-Uni s’est retiré à la fin janvier de l’Union européenne dans le cadre du Brexit, si bien que l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne (UE) ne sera plus en vigueur sur son territoire à compter du 1er janvier prochain. Les pourparlers entre les deux pays ont débouché sur l’Accord de continuité commerciale entre le Canada et le Royaume-Uni, qui sera mis en œuvre pendant que les deux pays négocient un accord de libre-échange global, a-t-on précisé, ajoutant qu’il «permettra de continuer à tirer des avantages de l’AECG sur une base bilatérale, notamment l’élimination des droits de douane sur 98 % des produits exportés vers le Royaume-Uni».

Le Royaume-Uni est le cinquième partenaire commercial du Canada après les États-Unis, la Chine, le Mexique et le Japon. Selon les chiffres d’Ottawa, le Royaume-Uni constituait en 2019 le premier marché d’exportation de marchandises du Canada en Europe et sa troisième destination mondiale, avec un commerce bilatéral de marchandises se chiffrant à 29 milliards $.

https://www.journaldemontreal.com/2020/11/21/brexit-le-canada-et-le-royaume-uni-concluent-une-entente-1

accord commercial provisoire

L’intelligence artificielle: la fin des stations services?

Si les voitures vont elles-mêmes faire le plein, qu’est-ce qui dit qu’elles iront chez une marque particulière? Leur IA pourrait très bien s’informer des différents prix en vigueur aux alentours, et aller là où l’essence est la moins chère, en effectuant en un clin d’œil un calcul coût-distance parcourue qui, au final, pourrait faire perdre nombre de pleins à une marque. Cela pourrait même se traduire par une guerre des prix encore jamais vue entre les stations-services, une guerre qui pourrait faire des ravages pour les marges bénéficiaires de celles-ci.

«Que faire? Par exemple, on peut imaginer que si les voitures autonomes ne viennent plus à nous, c’est nous qui devrions aller à elles.» Ainsi, on peut imaginer un camion intelligent rempli d’essence qui circulerait 24/7 dans une même zone géographique, allant de voiture autonome en voiture autonome dont les IA seraient connectées.

Le hic? Tous les autres services d’alimentation et services ne seront pas utilisés et sonneront peut-être la fin de ces derniers.

https://www.lesaffaires.com/blogues/l-economie-en-version-corsee/l-ia-une-terrible-menace-pour-couche-tard/621072

intelligence artificielle

Covid-19: « La mise en place exceptionnelle d’un impôt sur les bénéfices extraordinaires de pandémie mérite d’être considérée »

Pendant la Grande Guerre, déjà, les citoyens comparaient le sort de ceux qui combattaient en première ligne avec celui des « profiteurs de guerre », dont les produits raréfiés voyaient leurs prix s’envoler, ou bien bénéficiaient de marchés publics passés dans l’urgence.

En France, les scandales liés aux fournitures d’armement durant la guerre de 1870 avaient suscité la mise en place d’une « commission de révision des marchés de guerre », mais ses résultats avaient été jugés insuffisants. Cela conduit dès 1915 le Parlement à envisager une mesure plus large: un impôt sur les bénéfices extraordinaires de guerre. Expérimentée lors de la guerre de Sécession américaine par l’État (confédéré) de Géorgie, cette mesure est adoptée par le Royaume-Uni en décembre 1915, par la France le 1er juillet 1916 et par les États-Unis en 1917.

Le principe est partout le même: comparer les bénéfices de la période de guerre (de manière rétroactive au 1er août 1914 en France) aux bénéfices « normaux » des années précédentes, ou le cas échéant à une rémunération « normale » du capital engagé.

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/11/11/covid-19-la-mise-en-place-exceptionnelle-d-un-impot-sur-les-benefices-extraordinaires-de-pandemie-merite-d-etre-consideree_6059340_3232.html

Covid-19

Immobilier: plus d’un tiers des locataires sont prêts à signer après une visite virtuelle

C’est le résultat d’une étude réalisée par la plateforme PAP.fr début novembre. Une solution qui se développe à l’heure où les visites physiques sont interdites.

https://www.leparisien.fr/immobilier/immobilier-plus-d-un-tiers-des-locataires-sont-prets-a-signer-apres-une-visite-virtuelle-06-11-2020-8406930.php

Immobilier

La Chine, premier pays argent liquide ?

Les chiffres proviennent du rapport inaugural China Fintech du grand format, qui suit les dernières tendances et la trajectoire future du plus grand écosystème de technologie financière au monde.

Le rapport indique que l’énorme marché financier intérieur de la Chine compte environ 87% des consommateurs utilisant des services de technologie financière, un marché de paiement mobile de 29 billions de dollars américains en 2019 et le plus grand marché mondial de négociation de titres en ligne.

Alors que la Banque populaire de Chine effectue des tests approfondis sur le paiement électronique en monnaie numérique (DCEP) avant un lancement prévu plus tard cette année – et alors que Ant Group et la marque Alipay conquérante se préparent pour la plus grande introduction en bourse jamais réalisée au monde – le rapport mène avec un prédiction que la Chine est en passe de devenir le premier pays à abandonner l’utilisation de l’argent liquide.

https://www.finextra.com/newsarticle/36862/will-china-be-the-worlds-first-cashless-society

argent liquide

Le télétravail en direct d’une chambre d’hôtel

Déjà privés des touristes internationaux et des événements professionnels, les hôtels du Québec sont frappés de plein fouet par la seconde vague de COVID-19. L’établissement 5 étoiles offre depuis une dizaine de jours de louer une chambre non pas la nuit pour y dormir, mais le jour pour y télétravailler. Café, wifi et stationnement sont compris, ainsi qu’un accès à l’étage Bien-être et spa, dont seule la piscine est toutefois ouverte présentement.

« Les gens sont en télétravail chez eux depuis mars, alors ça permet de changer de décor. Ça offre un endroit tranquille, sans problème de connexion, à des étudiants en colocation. Il y a aussi des parents qui trouvent ça plus difficile avec le retour des enfants de fin secondaire à la maison un jour sur deux. En venant travailler ici, ça leur donne un break et ils peuvent finir un dossier sans être distraits. »

https://www.ledevoir.com/societe/588898/le-teletravail-en-direct-d-une-chambre-d-hotel

télétravail

La BRI et la Banque nationale suisse pavent la voie vers une monnaie digitale

La Banque des règlements internationaux (BRI) veut passer à l’action. L’institution et la Banque nationale suisse (BNS) réfléchissent à tester une monnaie digitale de banque centrale (MDBC) d’ici la fin de l’année. « Nous prévoyons de publier notre premier PoC (proof of concept) de banque centrale suisse pour les opérations de gros », a déclaré dimanche Benoît Cœuré, responsable du pôle innovation de la BRI, au sommet du Bund de Shanghai. Une MDBC de gros serait accessible aux seuls intermédiaires financiers et serait moins coûteuse, alors qu’une MDBC de détail, que développent certaines banques centrales comme celles de Lituanie ou de Suède, viserait les particuliers.

https://www.agefi.fr/fintech/actualites/quotidien/20201028/bri-banque-nationale-suisse-pavent-voie-vers-308702

monnaie digitale

La Fed réfléchit à une monnaie numérique

Les États-Unis réfléchissent à l’émission de leur cryptomonnaie, c’est-à-dire d’un dollar numérique, mais l’évaluation complète des avantages et des risques devrait prendre du temps, a indiqué lundi le président de la Banque centrale américaine, la Fed. « Ce sont 80 % des Banques centrales du monde qui étudient l’émission d’une monnaie sous forme numérique. Les opportunités et risques (…) diffèrent selon les pays », a précisé Jérôme Powell, soulignant qu’« il revient à chaque pays de prendre sa décision sur le sujet ».

https://www.lesaffaires.com/techno/internet/la-fed-reflechit-a-une-monnaie-numerique/620485

monnaie numérique

Plus de 50% des contrôles fiscaux ciblés par l’intelligence artificielle en 2023

D’après le rapport de la lutte contre l’évasion fiscale et la fraude en matière d’impositions de toutes natures et de cotisations sociales, il est prévu de passer ce chiffre à 50% en 2023 au lieu de 30% prévu pour 2020.

http://www.etudes-fiscales-internationales.com/media/00/02/80890048.pdf

contrôles fiscaux

Les banques centrales devront être prêtes pour la monnaie de Facebook

Un sous-gouverneur de la Banque du Canada a estimé jeudi que les banques centrales devraient avoir leur propre monnaie numérique prête pour présenter une solution de rechange si elles décidaient d’interdire l’utilisation de celle actuellement développée par Facebook.

https://www.lapresse.ca/affaires/2020-10-15/les-banques-centrales-devront-etre-pretes-pour-la-monnaie-de-facebook.php

monnaie de Facebook

Un ISF indexé sur les émissions de carbone rapporterait 4,3 milliards d’euros selon Greenpeace

L’Organisation non gouvernementale (ONG) publie un rapport, mardi 13 octobre, dans lequel elle prône l’instauration d’un « impôt de solidarité sur la fortune climatique ».

Pour établir ces chiffres, l’ONG a pris en compte la base du patrimoine minimum des ménages français, assujettis à l’ISF avant sa réforme en 2017, soit ayant un patrimoine supérieur à 1,3 million d’euros. « Cet ISF climatique serait assis non seulement sur le patrimoine des ménages, mais aussi sur l’empreinte carbone de leur patrimoine financier », résume Greenpeace. L’ONG a établi ses estimations à partir de données de l’Insee et du cabinet spécialisé Carbone 4. « Ainsi, le patrimoine financier des 1 % des ménages les plus riches est associé à une empreinte carbone 66 fois supérieure à celle des 10 % les plus pauvres », écrivent les auteurs de la synthèse.

Le patrimoine financier des 10% les plus aisés correspond à une empreinte de 46 tonnes de CO2 équivalent carbone par an tCO2eq/an, celui des 1% les plus riches pèse même 189 tCO2eq/an alors que les 10% les plus pauvres compte 2,9 tCO2eq/an.

https://www.mieuxvivre-votreargent.fr/impots/2020/10/13/un-isf-indexe-sur-les-emissions-de-carbone-rapporterait-43-milliards-deuros-selon-greenpeace/

émissions de carbone

Coronavirus: la Banque centrale européenne lance une consultation sur la création d’un euro « digital »

La Banque centrale européenne (BCE) lance ce lundi une consultation publique et une série de tests afin de réfléchir à la création d’un euro numérique. La pandémie et le développement des paiements dématérialisés ont boosté ce chantier en réflexion depuis un moment.

Il « permettrait à tous d’effectuer des paiements quotidiens rapidement, facilement, et en toute sécurité », explique la BCE dans un récent rapport. Ses promoteurs font valoir que les transactions seraient beaucoup plus rapides, voire instantanées, car ne nécessitant pas de règlement interbancaire, et donc disponibles 24h/24, 7j/7.

https://www.20minutes.fr/economie/2883251-20201012-coronavirus-banque-centrale-europeenne-lance-consultation-creation-euro-digital

euro

Référentiel indicatif automatisé pour l’indemnisation des préjudices?

Le décret n° 2020-356 du 27 mars 2020 portant création du traitement automatisé de données à caractère personnel « Datajust » vise, ainsi qu’il est souligné, à évaluer la possibilité d’élaborer un référentiel indicatif d’indemnisation des chefs de préjudices corporels extra-patrimoniaux, tels que les souffrances endurées ou le préjudice esthétique.

Il s’agirait d’un référentiel purement indicatif et qui aurait vocation à être réévalué régulièrement. Il répond à l’absence, pour l’heure, d’outil officiel, gratuit et fiable à disposition des publics concernés (victimes, assureurs, fonds d’indemnisation, avocats, magistrats).

Ce projet novateur repose sur une méthode inductive, puisqu’il propose de partir de l’observation fine des trois dernières années de jurisprudence des juridictions administratives et judiciaires et de recourir, pour ce faire, aux technologies d’intelligence artificielle, en collaboration avec des magistrats.

Le décret du 27 mars 2020 est enfin très circonscrit, puisqu’il encadre uniquement le développement informatique de l’algorithme destiné à créer ce référentiel indicatif pour une période de temps limitée à deux années. Cette étape doit permettre au ministère de la justice d’évaluer la faisabilité technique du projet. Si les travaux à mener s’avèrent concluants, un second décret viendra ensuite encadrer la mise à disposition au public, en conformité avec les règles prévues pour la mise œuvre de l’open data des décisions de justice.

Réponse du Ministère de la justice publiée dans le JO Sénat du 01/10/2020 à la Question écrite n° 16942

http://www.senat.fr/basile/visio.do?id=qSEQ200616942

indemnisation des préjudices

La BCE envisage de lancer un euro numérique

Vendredi 2 octobre, l’institution de Francfort a publié un rapport évoquant la possible création d’un euro numérique. Une vaste consultation publique et des expérimentations sur le sujet débuteront le 12 octobre. Des expérimentations seront également menées pendant six mois. Puis l’institution décidera, à la mi-2021, s’il est pertinent d’aller plus loin.

Dans le détail, un euro numérique serait émis directement par la BCE, comme les billets, dont il s’inscrirait en complément. Aujourd’hui, la monnaie utilisée pour les paiements par carte bancaire (CB) ou pour les virements, par exemple, est créée par l’activité des banques commerciales, et non directement par la BCE.

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/10/02/la-bce-envisage-de-lancer-un-euro-numerique_6054549_3234.html

bce

La fiscalité des cryptos: une affaire d’États très perfectible

PWC, le géant de l’audit, vient de publier un rapport sur la fiscalité mondiale des cryptomonnaies. Il démontre que les actifs numériques sont désormais pris au sérieux par les régulateurs mais que leur cadre réglementaire doit être largement amélioré pour s’adapter au rythme des innovations du secteur. Le cabinet conseil a déterminé un classement à partir d’un indice élaboré par ses soins. Ce PWC Crypto Tax repose sur vingt critères liés à la fiscalité des cryptomonnaies.

C’est le Liechtenstein qui arrive en tête, suivi de Malte, de l’Australie et de la Suisse. La France quant à elle, occupe la septième place du classement. Une position assez honorable liée vraisemblablement à son visa AMF (Autorité des Marchés Financiers) et au statut de prestataires de services sur actifs numériques (PSAN), créé dans le cadre de la loi PACTE, qui sera obligatoire à partir du 18 décembre 2020.

Aussi, le rapport préconise t-il, face à un écosystème en mouvement perpétuel, d’adopter une réglementation qui définirait les grandes orientations fiscales et juridiques sans les figer. Des principes mais pas de prescriptions limitatives.

https://cryptoactu.com/la-fiscalite-des-cryptos-une-affaire-detats-tres-perfectible/#close

fiscalité des cryptos

La Banque d’Angleterre pourrait prendre en compte le climat dans ses achats d’actifs

La Banque d’Angleterre « envisage » de prendre en considération l’impact climatique dans ses futurs choix d’investissement, alors que ses injections massives de liquidités ont été critiquées par plusieurs organisations.

« Je vous le dis, nous ne sommes pas seulement confrontés à une crise du Covid, nous sommes confrontés à une crise climatique. Le climat n’a pas pris de congé, la crise climatique s’accélère. Et si nous ne sommes pas très prudents, nous allons directement sauter de la crise du Covid à la catastrophe du climat », a averti la députée écologiste Caroline Lucas.

https://www.latribune.fr/economie/international/la-banque-d-angleterre-pourrait-prendre-en-compte-le-climat-dans-ses-achats-d-actifs-858108.html

banque d'Angleterre

Legacio, une jeune pousse belge, propose un « service succession » 100% à distance.

Effectivement, le site du SPF Finances en Belgique indique qu’un notaire n’est pas obligatoire pour la déclaration de succession. Legacio veut utiliser la technologie pour automatiser les tâches à faible valeur ajoutée, comme la récolte de documents.

Un particulier peut obtenir un devis suite à des explications par téléphone. Un rendez-vous qui « n’entraîne aucune obligation ». La startup promet de proposer un prix dans les 30 minutes. Un second rendez-vous téléphonique permet de récupérer les documents nécessaires. Les équipes de Legacio s’occupent ensuite de préparer les documents légaux et « d’informer toutes les instances ». « Une fois le mandat signé et quelques documents réceptionnés, nous pouvons réaliser toutes les démarches en 7 jours ».

La jeune pousse explique que ses clients sont principalement des cas de successions qui ne nécessitent pas de recherches approfondies. « Le plus souvent, il s’agit des enfants et du conjoint survivant qui héritent d’une maison et de ce qu’il reste sur les comptes en banque. Dans ces cas, lorsqu’il n’y a pas de testament ou de biens à l’étranger, la déclaration de succession est relativement simple à rédiger ».

https://geeko.lesoir.be/2020/09/14/une-startup-belge-propose-une-alternative-au-notaire-pour-la-succession/

 

succession

À Montréal, un futur plus dense, sans voitures

« L’important, c’est de limiter les distances que les individus pourraient parcourir en voiture, et surtout limiter le nombre de voitures en favorisant d’autres moyens de se déplacer. C’est vraiment le nerf de la guerre », dit Audrey Smargiassi, professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal.
Dans ce « scénario optimal », la grande région de Montréal accueille en 2061 environ 5,2 millions d’habitants (contre 4,1 millions selon le recensement de 2016). Ils résident dans des quartiers densément peuplés, qui restent toutefois à échelle humaine grâce à une panoplie de services de proximité. La grande majorité des personnes ont délaissé la voiture pour lui préférer — et de loin — la marche, le vélo ou encore le transport en commun, dont l’offre a explosé.
Résultats: moins de voitures sur les routes, moins de blessures causées par des accidents, moins d’émissions de gaz à effet de serre et donc moins de maladies liées à la pollution.

Et si miser autant sur le facteur « télétravail » était une idée « farfelue » au moment de leurs recherches, avant la pandémie, ce dernier s’est imposé dans la vie de bien des Québécois comme une nouvelle normalité dans les derniers mois.

Mais contre toute attente, le télétravail a aussi induit un effet pervers auquel les chercheurs ne s’attendaient pas: l’exode vers les régions et donc l’étalement urbain. Ayant la possibilité de travailler de la maison, nombre de personnes y ont vu l’occasion de chercher un logement plus grand et plus proche de la nature. Selon les calculs de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec, il y a eu 41 % de transactions de plus entre juin et août dans les régions qui entourent la métropole, contre une hausse de seulement 20 % dans la métropole. « Le risque avec l’étalement urbain, c’est que ça s’accompagne de la dépendance à l’auto » note Catherine Morency.

https://www.ledevoir.com/societe/585893/etalement-urbain-un-futur-plus-dense-sans-voitures

voiture

De plus en plus de Français changent de banque

Dans un contexte d’accélération des usages digitaux en raison de la crise sanitaire, de plus en plus de Français changent de banque pour la banque en ligne. L’accès restreint et contraignant aux agences physiques fait perdre aux banques traditionnelles leur principal avantage.

Il est donc aujourd’hui urgent pour les banques traditionnelles de se réinventer afin de proposer des offres concurrentielles à celles des banques en ligne. Si rien n’est fait, les banques de détail risquent d’assister à une désertion de leurs clients. En effet, depuis l’application par décret de la loi Macron sur la mobilité bancaire le 6 février 2017, il n’a jamais été aussi simple de changer de banque.

Changer de banque pour la banque en ligne, c’est profiter des avantages suivants:
– Une carte bancaire gratuite;
– Un compte bancaire sans frais de tenue de compte;
– Les opérations courantes gratuites;
– Aucuns frais bancaires à l’étranger sur les paiements et retraits par carte;
– Gérer son compte à distance sans frais du bout des doigts via son smartphone ou ordinateur.

Selon un sondage réalisé par Moneway, 1 Français sur 2 envisage de changer de banque en 2020.

https://www.latribune.fr/supplement/de-plus-en-plus-de-francais-changent-de-banque-856993.html

 

banque

TELOS (TLOS) va tokeniser 35 millions d’immobilier Croate

Les propriétés ciblées dans le cadre de ce projet sont situées en bordure de mer, ce qui représente naturellement un avantage en cas de location. Pour chacune d’entre elles, il est prévu que Katalyo délivre deux tokens aux fonctions spécifiques. Le premier token représentera la propriété du bien immobilier, et le second sera un stablecoin pour le paiement des dividendes obtenus grâce à la location.

Pour mémoire, le phénomène de tokenisation permet notamment de matérialiser et valoriser des objets existants du monde physique vers le monde digital. Ce phénomène rejoint le concept de « Digital twin » qui explique que notre monde est entré dans une phase de transformation digitale qui nous mènera à termes à recréer tout objet du monde physique sous une forme digitale. Les tokens sont en quelque sorte un moyen de créer des actions de n’importe quel objet présent dans le monde réel.

https://www.thecointribune.com/actualites/telos-tlos-va-tokeniser-35-millions-dimmobilier-croate/

 

immobilier