Mastercard permettra aux commerçants d’accepter les paiements en crypto cette année

Selon une source proche du dossier, la fonctionnalité verra les paiements en monnaie numérique des clients Mastercard réglés en crypto chez les commerçants participants, une première pour le géant financier. La société n’a pas encore divulgué les monnaies numériques qu’elle entend prendre en charge, ni où.

Auparavant, Mastercard prenait en charge des transactions de crypto-monnaie limitées via ses partenaires de crypto-cartes Wirex et Uphold. Mais ces programmes ne couvrent que le paiement, pas le règlement; les pièces sont converties en monnaie fiduciaire bien avant d’atteindre le commerçant.

Mastercard a jeté les bases de cet avenir grâce à des années de brevets dans le domaine de la monnaie numérique. La société a déclaré qu’elle détient 89 brevets sur la blockchain et attend l’approbation de 285 brevets supplémentaires dans le monde.

https://www.coindesk.com/mastercard-accepts-crypto-payments

 

Vers un « dollar numérique » canadien?

La Banque du Canada (BdC) devrait être l’émetteur d’un éventuel « dollar numérique » plutôt que d’en céder le contrôle à des groupes privés et leurs cryptomonnaies, a fait valoir mercredi un sous-gouverneur de la banque centrale dans un plaidoyer détaillé.

Dans le texte d’un discours qu’il devait livrer mercredi, le sous-gouverneur de la Banque du Canada Timothy Lane a indiqué que son institution ne voyait toujours pas de besoin pour une cryptomonnaie, même si la pandémie a accéléré le passage à une économie plus numérique.
Mais cela pourrait changer si la baisse de l’acceptation de l’argent comptant atteignait un point de basculement au pays, a-t-il ajouté.

https://www.conseiller.ca/nouvelles/economie/vers-un-dollar-numerique-canadien/

 

Un «redosage fiscal» pour compenser le choc démographique au Québec ?

Si le gouvernement du Québec taxe encore en 2040 sa population de la même façon qu’il le fait aujourd’hui, il fera face à un manque à gagner dépassant les 5 milliards par année même si rien d’autre ne devait changer que le vieillissement prévu des Québécois, estiment les auteurs d’une étude dévoilée mercredi par la Chaire en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke et la Chaire de recherche sur les enjeux économiques intergénérationnels de HEC Montréal.

Il lui suffirait pourtant d’augmenter ses taxes de vente de 2 milliards et de compenser cette hausse par une diminution équivalente de l’impôt sur le revenu pour transformer ce manque à gagner en gain net de 462 millions à 1,6 milliard.

Cette importante différence tient à deux facteurs, explique l’étude d’une vingtaine de pages. Le premier est lié au fait que les personnes plus âgées (comme les plus jeunes d’ailleurs) ont généralement des revenus imposables et des taux d’impôt moyens plus bas que les 30 à 59 ans.

Le deuxième et plus important facteur tient cependant au fait que les taxes à la consommation sont considérées, par les experts, comme moins dommageables pour la croissance économique que les autres formes d’impôts.

https://www.ledevoir.com/economie/595006/quebec-un-redosage-fiscal-pour-compenser-le-choc-demographique

 

Les réseaux sociaux, nouveau terrain de jeu des agents immobiliers

. Les plates-formes immobilières actuelles ne sont pas adaptées à la recherche parisienne puisqu’en moins d’une heure, on peut recevoir une centaine de messages d’une centaine de personnes qui n’ont pas lu l’annonce… C’est du temps perdu pour tous. » Partant de là, Edouard Niepce a tenté de trouver une meilleure solution : ce fut Instagram. « J’ai la garantie que le candidat a tout bien vu avant d’envoyer son message. »

L’agent immobilier devra donc t-il devenir « influenceur » ? « Complètement ! affirme Cédric Laporte. Cédric Laporte a lui-même, pendant une année entière, suspendu la prospection classique (flyers dans les boîtes aux lettres, porte à porte, etc.) au profit d’une stratégie 100 % numérique : « Notre chiffre d’affaires n’a pas baissé, voire a augmenté ! » Sur la chaîne YouTube de son agence, l’agent immobilier nous fait découvrir chacun de ses biens en vente et distille des conseils. Sur Instagram, il mise tout sur le visuel.

https://www.leparisien.fr/immobilier/les-reseaux-sociaux-nouveau-terrain-de-jeu-des-agents-immobiliers-05-02-2021-8423268.php

 

Le cuivre, métal d’avenir

Du côté de la demande, à mesure que sont lancées les campagnes de vaccination, on entrevoit un retour à la normale pour la seconde moitié de 2021. En même temps, on s’attend à ce que les gouvernements et les banques centrales continuent de soutenir l’économie. C’est un scénario favorable pour le cuivre et les autres métaux de base », dit Daniel Greenspan.

« Du côté de l’offre, il y a aussi des facteurs favorables au cuivre. Beaucoup d’installations ont été sous-capitalisées pendant 2020 car les producteurs devaient réduire leur main-d’œuvre et leurs dépenses face à la pandémie ; cela pourrait générer des retards dans l’entretien et donc dans la production », poursuit-il.

« Ce métal va être essentiel à la transition vers une économie plus sobre en carbone. Il interviendra notamment dans la construction des infrastructures de distribution d’énergie à faibles émissions de carbone. Un approvisionnement substantiel sera requis de la part des mines et un prix plus élevé sera nécessaire pour encourager de nouveaux projets de production. »

https://www.conseiller.ca/nouvelles/industrie/le-cuivre-metal-davenir/

 

Fini les bureaux ? Les quartiers d’affaires new-yorkais se cherchent un avenir

Selon Kastle Systems, entreprise spécialisée dans la sécurité des bureaux, seuls 14 % des plus d’un million d’employés new-yorkais travaillaient depuis leur bureau mi-janvier, mettant en péril les innombrables fournisseurs de casse-croûte et petits commerces de Midtown ou Wall Street. Près de 80 % des employés interrogés dans une enquête publiée ce mois-ci par PricewaterhouseCoopers (PwC) voyaient le travail à distance comme une bonne chose.

Mais 87 % considéraient néanmoins leur bureau important pour travailler en équipe et nouer des liens – des aspects du travail où la visioconférence est bien moins efficace.
« Une large majorité disent qu’ils préféreraient un système hybride, avec 2-3 jours de travail à domicile et 2-3 jours au bureau, » dit Deniz Caglar, co-auteur de l’étude de PwC.

Décor amélioré, salles de réunions plus spacieuses et modulables, terrasses ou espaces extérieurs pour bavarder, bureaux partagés réservables par créneau horaire… L’espace doit être « tel un théâtre, avec différents décors pour différentes scènes », dit David Smith, co-auteur d’une étude sur l’avenir des lieux de travail pour Cushman & Wakefield, l’un des géants de l’immobilier commercial.

Les futurs bureaux pourraient aussi inclure des salles de sport, des cafés, des laveries ou d’autres services qui « rentabiliseraient » la venue au bureau-accélérant une tendance amorcée avant la pandémie.

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/2021-01-27/fini-les-bureaux/les-quartiers-d-affaires-new-yorkais-se-cherchent-un-avenir.php

 

Une monnaie numérique de référence se fait toujours attendre, juge la Banque d’Angleterre

Le gouverneur de la Banque d’Angleterre refuse de voir les cryptomonnaies actuelles comme les prochaines monnaies numériques de référence, a-t-il affirmé lundi à l’occasion du Forum économique mondial, sans qu’une alternative ne soit prête pour le moment.

«Je ne pense pas que les monnaies numériques telles qu’elles ont été conçues à l’origine» répondent aux critères «de gouvernance d’une monnaie numérique durable», a expliqué Andrew Bailey lors d’une table ronde du rendez-vous économique annuel qui a délaissé exceptionnellement les neiges de Davos pour un format complètement virtuel.

La Banque d’Angleterre et le Trésor travaillent conjointement «sur la question de l’émission de monnaies digitales, complémentaires de l’argent liquide, par des banques centrales», avait indiqué le Trésor en novembre dernier. Et ce ne sont pas les seuls. Début janvier, la présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde avait abordé la question, imaginant un «euro numérique» d’ici cinq ans.

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/une-monnaie-numerique-de-reference-se-fait-toujours-attendre-juge-la-banque-d-angleterre-20210125

 

Un syndicat… pour notaires

L’Union des notaires du Québec s’est affiliée à la FTQ en octobre dernier. L’un de ses objectifs est de réviser les tarifs des notaires en pratique privée.
Cette concurrence, à certains égards même déloyale, a complètement affecté le paysage notarial.

Les prix ayant beaucoup baissé, les notaires ne peuvent pas payer à leur tour des techniciens ou techniciennes juridiques de la même manière qu’un bureau qui aurait des moyens plus importants. (Roberto Aspri, président l’Union des notaires du Québec)

L’Union des notaires du Québec, qui compte environ 1210 membres, veut notamment mettre sur pied un régime de retraite pour les notaires en pratique privée – qui en sont privés, justement.

Voici où l’initiative intéresse particulièrement le consommateur : l’Union veut également concevoir et proposer au gouvernement un système de rémunération qui ne dépendrait plus du seul jeu du marché.
L’une de ces pistes est la grille tarifaire.

https://www.lapresse.ca/affaires/finances-personnelles/2021-01-17/un-syndicat-pour-notaires.php

 

Après la procuration notariée à distance, d’autres actes suivront ?

Le décret du 20 novembre 2020 permet de désigner à distance un mandataire pour conclure un acte authentique notarié, ce qui poursuit l’adaptation du service public notarial à l’ère du numérique et permet de prendre divers engagements sous ces nouvelles formes adaptées aux échanges numériques.

Il est donc désormais possible de signer à distance une procuration, notamment à un clerc de l’étude, pour conclure toutes sortes d’opérations notariées sans avoir à se déplacer.

Le Gouvernement a fait le choix, dans un premier temps, de circonscrire ce dispositif pérenne aux seules procurations notariées, afin de garantir l’équilibre que j’évoquais, entre la sécurité des échanges et le bon fonctionnement du dispositif.

Si cette expérience s’avère satisfaisante lors de son évaluation, l’extension à d’autres actes notariés pourra être envisagée.
Question orale n° 1390S de Mme Jacky Deromedi publiée dans le JO Sénat du 16/12/2020

http://www.senat.fr/basile/visio.do?id=qSEQ20111390S

Immobilier. Hausse spectaculaire des recherches de biens en Seine-Maritime et dans l’Eure

Avec une hausse du nombre de recherches de plus de 100 % sur le site Pap.fr, la Seine-Maritime entre, selon le spécialiste des ventes de particuliers à particuliers, dans son top 10 des départements en forte progression. L’Eure, avec 82,7 %, n’est pas en reste.

Selon PAP, le dynamisme de 2020 n’est pas uniquement associé à la crise sanitaire : « Il est aussi lié aux taux d’intérêt qui sont restés très bas toute l’année, et qui continuent pour l’instant de l’être. De plus, les conditions d’octroi de crédit ont récemment été assouplies (endettement possible à 35 % et possibilité de faire 20 % d’exceptions au lieu de 15 %). »

https://www.paris-normandie.fr/id157215/article/2021-01-18/immobilier-hausse-spectaculaire-des-recherches-de-biens-en-seine-maritime-et

 

L’assurance-vie à la rescousse de la transformation de bureaux en logements

Le capital-investisseur Novaxia et les assureurs AG2R La Mondiale, Generali, Suravenir et Spirica se sont engagés à lever 1 milliard d’euros pour recycler à Paris et en région des bureaux vides en logements.

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/biens-d-equipement-btp-immobilier/l-assurance-vie-a-la-rescousse-de-la-transformation-de-bureaux-en-logements-873059.html

 

La première banque américaine fédérale cryptos est née

Suite à la licence accordée par l’OCC, Anchorage Digital Bank National Association est devenue la première banque américaine fédérale reconnue à être centrée sur les crypto monnaies. Ce faisant, elle ouvre la voie à l’intégration des crypto monnaies dans le système bancaire régulé.

Pour se voir accorder cette charte, Anchorage a fait l’objet de la part de l’OCC d’un examen rigoureux, comme c’est le cas pour chaque candidature. Les futurs clients de la banque pourront donc compter sur la supervision de l’institution bancaire par le U.S. Office of the Comptroller of the Currency.

“Nous sommes une banque nationale. La seule différence, c’est que nos activités sont centrées sur les crypto actifs, et non sur les actifs traditionnels,” a déclaré le président de la banque, Diogo Monica. “L’avantage de devenir une banque fédérale régulée est que les règles qui nous régissent prennent le pas sur les lois des Etats. Le fait d’être supervisé par le plus vieux régulateur des États-Unis envoie un message très clair,” a-t-il ajouté.

https://bitcoinmatin.fr/2021/01/14/la-premiere-banque-americaine-federale-cryptos-est-nee/

 

Une «forte croissance économique» en 2021, selon CFA Montréal

Ce sondage montre que les analystes sont plutôt optimistes en ce qui a trait à la reprise économique au Québec. Ainsi, près de la moitié d’entre eux (46%) estiment qu’il faudra de 12 à 24 mois pour retourner au niveau d’emplois précédant la pandémie. Cette reprise économique est alimentée par un effet de rattrapage et par l’impact des incitatifs fiscaux et de la politique monétaire accommodante de la Banque du Canada.

En 2021, le Mouvement Desjardins prévoit que le PIB réel progressera de 4,5% au Québec, soit un niveau plus élevé que la moyenne canadienne (4,1%) et qu’aux États-Unis (4,3%), selon ses prévisions économiques et financières, publiées le 18 décembre.

https://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/general/une-forte-croissance-economique-en-2021-selon-cfa-montreal/622306

 

Les salaires du privé devraient augmenter de 2,2% en moyenne en 2021

Les revalorisations salariales pour 2021 ont été revues à la baisse (2,2% contre 2,5% initialement prévu), selon l’enquête publiée par Willis Towers Watson. Cependant, les entreprises sont bien plus optimistes pour 2021 puisque moins de 10% d’entre elles prévoient un gel des salaires cette année, alors qu’elles étaient près d’un quart en 2020.

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/les-salaires-du-prive-devraient-augmenter-de-2-2-en-moyenne-en-2021-871274.html

 

Une crypto banque indienne ouvre des agences physiques

Pendant que le système bancaire se numérise un peu partout au monde, celui de la cryptomonnaie s’apprête à connaitre sa première agence physique. Telle est l’exploit que vient d’accomplir la plateforme de cryptomonnaies monnaie Cashaa avec le partenariat de la United Multistate Credit Co-op Society.

L’agence dont il est question a été lancée à Jaipur en Inde et devrait se multiplier dans le pays avec l’objectif d’atteindre 100 succursales d’ici 2022. Une idée audacieuse de la part des promoteurs dans un pays où la réglementation en matière de cryptomonnaie est encore floue.

Avec une première agence ouverte à Jaipur, la banque pourra offrir désormais aux clients des services de fiat et de cryptomonnaies. Cette initiative sans précédent au monde n’est que la première phase d’un déploiement de 14 sites à travers trois états avant la fin janvier 2021.

https://www.thecointribune.com/actualites/une-crypto-banque-indienne-ouvre-des-agences-physiques/

 

Un coffre-fort à bitcoins montréalais

« Avant toute chose, nous proposons un environnement sécuritaire pour conserver les clés privées bitcoin d’investisseurs professionnels », explique Thibaud Maréchal, vice-président de Kn0x, une start-up fondée en 2017 par quatre étudiants universitaires, dont trois de l’Université McGill.
Les « clés privées » sont ces codes qui permettent d’accéder à la monnaie cryptographique, qui est pour sa part inscrite dans la chaîne de blocs (blockchain) Bitcoin. De l’avis de spécialistes, ces clés sont le talon d’Achille de la plus célèbre des cryptomonnaies.

Quiconque les égare — ou se les fait voler — perd le sésame qui permet de retrouver ses bitcoins. Environ 20 % des bitcoins en circulation — l’équivalent de 75 milliards de dollars américains — seraient à tout jamais perdus à cause de cela, selon une étude publiée l’an dernier par la firme Chainalysis.
Or, Kn0x se démarque de ses concurrents grâce à sa police d’assurance.

Celle-ci couvre l’équivalent de la valeur des bitcoins détenus par les investisseurs, indique Thibaud Maréchal. Pour ce faire, la start-up, qui protège des cryptoactifs dont la valeur dépasse 10 millions de dollars, travaille de concert avec Lloyd’s of London, un important marché britannique où des compagnies d’assurances partagent la couverture de risques dans le secteur de l’investissement.

https://www.ledevoir.com/economie/592148/technologie-un-coffre-fort-a-bitcoins-montrealais

 

Et s’il fallait faire rouler la dette puis la rapatrier ?

D’après cet économiste qui écorne au passage la myopie des compromis de court terme nouer actuellement par les politique, il y aurait une multitude de possibilités. Celle qui lui semble la plus réaliste est de faire « rouler la dette ».

Ainsi, elle serait reconduite à taux bas pendant un temps indéfinie. A l’instar du Japon, on pourrait ainsi rapatrier la dette en, par exemple, levant un impôt auprès des plus riches avec une éventuelle rémunération en dette.

https://www.xerficanal.com/economie/emission/Robert-Boyer-Comment-sortir-du-sur-endettement-les-lecons-de-l-histoire_3749056.html

 

La ville est plus écologique que la campagne !

Premier aspect, l’habitat. La consommation d’espace par l’habitat exerce une pression sur les sols en contribuant à leur artificialisation — l’artificialisation des sols se définissant comme la perte du caractère naturel ou agricole d’un espace. Entre 2006 et 2014, selon un rapport du comité pour l’Économie verte, l’habitat individuel a représenté près de 50% des sols nouvellement artificialisés, loin devant le réseau routier (16%), le bâti agricole (8%) et surtout l’habitat collectif.

En passant à la notion d’imperméabilisation des sols — c’est-à-dire leur recouvrement par un matériau imperméable tel que le béton ou l’asphalte —, l’écart se resserre avec l’habitat collectif. Mais le rapport reste impressionnant : de 1 à 7,5.

L’empreinte de l’habitat sur l’environnement ne se limite pas à ces seuls aspects, l’empreinte carbone en est une autre. En cause la taille des logements : la surface moyenne d’un pavillon est légèrement supérieure à 112 m² (un chiffre en hausse depuis le milieu des années 80), contre 63 pour un appartement (un chiffre en baisse sur moyenne période). En matière de chauffage (ou de climatisation), car les surfaces concernées sont plus réduites dans le cas de l’habitat urbain. Les observations montrent en outre que le nombre d’appareils-électroménager, leur taille et leur puissance augmentent avec celle de la surface disponible.

Deuxième dimension, le transport. D’après une étude de l’Insee, chaque habitant des pôles urbains émet deux fois moins de CO2 que la moyenne, grâce à un usage plus fréquent des transports en commun, du vélo ou à pied à la fois pour se rendre à son lieu de travail ou d’enseignement, mais également pour toutes les autres activités (commerce, loisirs, démarches administratives, etc.).
La ville, c’est le royaume des effets d’échelle, pas la campagne. Avec néanmoins le revers de la médaille lié aux problèmes :
– de congestion de qualité de l’air dès lors que la ville s’étend trop,
– de vulnérabilité d’infrastructures hyperconcentrées, à l’instar de l’ouragan Sandy qui a causé 19 Md$ de dégâts à New York ou encore à Paris le spectre de la crue du siècle,
– des coûts cachés, autrement dit des externalités négatives liées à l’hyperpolarisation des flux sur une mégapole.

https://www.xerficanal.com/economie/emission/Alexandre-Mirlicourtois-La-ville-est-plus-ecologique-que-la-campagne-_3749217.html

Belgique : Les grandes banques ont fermé 1 agence sur 10 cette année

Cette année, 419 agences ont déjà fermé leurs portes, soit 9% du total. Les coupes ont été plus importantes dans les réseaux des grandes banques. Et les fermetures annoncées la semaine dernière par ING Belgique et Belfius indiquent que le processus n’est pas terminé.
Les lourds investissements numériques des grandes banques génèrent désormais des économies, conclut le consultant Deloitte dans une récente étude européenne. Les banques qui disposent d’une bonne application et d’une plate-forme internet performante sont mieux à même de convaincre leurs clients de franchir le pas vers les services numériques. Elles peuvent ainsi fermer des agences plus rapidement et économiser sur l’immobilier et le personnel travaillant en agence.
Les chiffres de cette année ne disent pas autre chose. Les quatre grandes banques ont réduit leur réseau de 11 % cette année, une diminution plus importante que la baisse de 7% observée dans les petites banques de détail. Dans ce dernier groupe, les baisses les plus remarquables ont été observées chez AXA Banque (-16%) et VDK (-10%).

https://www.lecho.be/entreprises/banques/les-grandes-banques-ont-ferme-1-agence-sur-10-cette-annee/10271968.html

 

Le Conseil d’Etat remet en cause le modèle fiscal des GAFA

Pour avoir un établissement stable en France au sens des stipulations citées ci-dessus, une société résidente d’Irlande doit soit disposer d’une installation fixe d’affaires par laquelle elle exerce tout ou partie de son activité, soit avoir recours à une personne non indépendante exerçant habituellement en France des pouvoirs lui permettant de l’engager dans une relation commerciale ayant trait aux opérations constituant ses activités propres.

La société irlandaise fixe le modèle des contrats conclus avec les annonceurs pour leur ouvrir le bénéfice des services dont elle assure l’exploitation ainsi que les conditions tarifaires générales, le choix de conclure un contrat avec un annonceur et l’ensemble des tâches nécessaires à sa conclusion relèvent des salariés de la société française, la société irlandaise se bornant à valider le contrat par une signature qui présente un caractère automatique.

Il résulte de ce qui a été dit au point 4 que la cour a commis une erreur de droit et une erreur de qualification juridique en jugeant, au motif que les contrats avec les clients français étaient signés, dans les conditions rappelés ci-dessus, par la société irlandaise, que la société française n’était pas, pour elle, un établissement stable au sens du c) de l’article 2.9 de la convention franco-irlandaise.
Conseil d’État N° 420174 du 11/12/20

https://www.conseil-etat.fr/fr/arianeweb/CE/decision/2020-12-11/420174