Les banques européennes vont-elles devoir fusionner pour survivre?

Le problème, c’est que les règles prudentielles qui encadrent l’activité des banques à travers le monde dans le cadre de l’accord « Bâle III » (acté pour renforcer la maîtrise des risques liés aux activités bancaires), la directive européenne CRD4, ainsi que le règlement européen CRR (qui traduisent en droit européen lesdites règles) se révèlent particulièrement contraignants pour les banques de la zone euro. Selon un rapport rendu public en juillet 2019 par l’Autorité bancaire européenne (ABE), l’application de ces nouvelles règles de solvabilité devrait engendrer une hausse de 24,4% des exigences en fonds propres des banques de l’UE, soit plus 135 milliards d’euros d’ici à 2027.
Pour ce qui est des fusions transfrontalières, les obstacles sont encore plus nombreux parce qu’ils sont, entre autres, liés à l’hétérogénéité des législations ainsi qu’aux risques macroéconomiques.
Le 2 octobre dernier, le patron de la Banque de France revenait à la charge quant à la nécessité pour le secteur financier européen de se concentrer. Il « est aujourd’hui beaucoup trop éclaté » et « reste trop à l’intérieur de ses frontières nationales », concédait-il à l’occasion d’une conférence organisée par l’Autorité de la concurrence.
Il faut rappeler que la taille des banques européennes s’avère tout simplement lilliputienne face aux banques américaines. JP Morgan, affiche une capitalisation boursière de 429 milliards de dollars (environ 384 milliards d’euros) soit 13 fois plus que la Société générale ou 6 fois plus que BNP Paribas…

https://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/les-banques-europeennes-vont-elles-devoir-fusionner-pour-survivre-1838368.html

business-3224643_960_720

Espérance de vie et indicateurs de mortalité dans le monde

Ce tableau récapitule l’espérance de vie et les indicateurs de mortalité dans le monde. On peut voir que, surprenamment, en France, l’espérance de vie des femmes à la naissance est de 85,7 et de 79,9 ans pour les hommes (écart qui se réduit) alors qu’au Canada les femmes sont bien moins loties (84,7 ans) mais les hommes mieux (81,2 ans)!
Le Japon détient toujours la palme de l’espérance de vie avec 88,1 ans pour les femmes et la Suisse pour les hommes avec 82,4 ans.

https://www.insee.fr/fr/statistiques/2383448

newspaper-2253409_960_720

Censure internet: une carte mondiale

Sans surprise, les pires pays sont la Corée du Nord, la Chine et la Russie. De manière plus surprenante la France, du fait des restrictions sur les torrents se situe assez loin dans le classement. Le Canada fait parti des 15 premiers ex-aequo.

https://www.comparitech.com/blog/vpn-privacy/internet-censorship-map/

news-1729539_960_720

La croissance chinoise n’en finit pas de ralentir

Le score annoncé vendredi est conforme aux prédictions des analystes sondés par l’AFP et dans l’objectif de 6% à 6,5% fixé par le gouvernement en début d’année dernière.
Il est toutefois en net repli par rapport à 2018, quand la croissance chinoise pointait à 6,6%, déjà à son niveau le plus bas en près de trois décennies. La Banque mondiale dit d’ailleurs s’attendre à un nouveau ralentissement à 5,9% pour 2020. L’objectif officiel de Pékin devrait être annoncé début mars.
Certains analystes estiment cependant que le ralentissement de la Chine est structurel car le pays, autrefois surnommé « l’atelier du monde », devient une économie plus développée. Il voit également le nombre de personnes en âge de travailler diminuer pour des raisons démographiques.

La croissance chinoise n’en finit pas de ralentir

beard-2642609_960_720

Brexit: le Royaume-Uni fait monter la pression avant les négociations avec l’UE

Dans une interview donnée au « Financial Times », le ministre des Finances Sajid Javid a envoyé un message clair aux entreprises britanniques qui espéraient encore à un alignement réglementaire avec Bruxelles: « Il n’y aura pas d’alignement, nous ne serons pas un décideur, nous ne serons pas dans le marché unique et nous ne serons pas dans l’union douanière – et nous le ferons d’ici la fin de l’année », a déclaré le numéro deux du gouvernement.
Dans son édition de samedi, le « Daily Telegraph » révèle de son côté que le Premier ministre Boris Johnson prévoit d’ouvrir officiellement les pourparlers commerciaux avec les États-Unis à compter du mois prochain, à l’occasion d’un voyage à Washington.

https://www.lesechos.fr/monde/europe/brexit-le-royaume-uni-fait-monter-la-pression-avant-les-negociations-avec-lue-1164156

brexit-1491370_960_720

Le dollar canadien et l’euro sous évalués? (indice Big Mac)

D’après cet indice, on peut voir que l’euro et le dollar canadien sont respectivement sous-évalués d’environ 18% et 9% par rapport au dollar américain et que le francs Suisse est lui pour sa part surévalué de 18,4%.

https://www.economist.com/news/2020/01/15/the-big-mac-index

stock-market-tracking-and-stocks

En Belgique aussi l’immobilier se porte bien !

Le marché immobilier n’a jamais été aussi actif qu’en 2019, selon les chiffres du Baromètre des notaires publiés mercredi. Ces douze derniers mois ont été une année record pour l’activité immobilière, qui a progressé de 8,9% par rapport à 2018. Les prix ont par contre bien moins augmenté que l’activité (+4,2%). Le prix moyen d’une maison en Belgique est désormais de 262.196 euros.

https://www.lesoir.be/273014/article/2020-01-14/le-marche-immobilier-jamais-aussi-actif-quen-2019-selon-le-barometre-des

black-and-white-classic-architecture

Accord Chine-USA: vous avez aimé la phase 1? Vous allez adorer la phase 2

Aux termes de l’accord préliminaire signé mercredi à Washington entre les deux premières puissances économiques mondiales, Pékin s’engage à accroître ses achats de produits américains (200 milliards de dollars en plus sur deux ans) et l’administration Trump renonce à imposer de nouveaux droits de douane aux exportations chinoises.
Concernant la phase 2, « la Chine ne semble pas avoir fait de concessions qu’elle n’était pas prête à faire de toute façon », relève l’économiste Xu Xiaochun, de l’agence de notation Moody’s, soulignant que les dispositions de l’accord qui concernent les services financiers et la protection de la propriété intellectuelle étaient déjà en préparation avant la guerre commerciale.
Or, le président américain Donald Trump exige de Pékin des concessions qui touchent au cœur même du système économique du régime communiste, à savoir en tout premier lieu les subventions aux entreprises publiques. Washington dénonce aussi le « vol », par la Chine, de la propriété intellectuelle des entreprises américaines et exige de nouvelles dispositions juridiquement contraignantes pour y mettre fin, notamment des amendes dissuasives pour les auteurs de contrefaçons.
De plus, pour respecter la phase 1, « à moins que la demande chinoise de produits agricoles et énergétiques américains s’envole, la Chine devra prendre la décision politique de substituer les importations d’autres pays par celles des États-Unis », observent les économistes de la banque ING, Timme Spakman et Iris Pang.

https://www.latribune.fr/economie/international/accord-chine-usa-vous-avez-aime-la-phase-1-vous-allez-adorer-la-phase-2-837282.html

beard-2642609_960_720

Les banques américaines ont accumulé 120 milliards de profits en 2019

Les banques américaines ont visiblement trouvé la recette. Les six plus grands établissements, qui ont ouvert la saison des résultats annuels aux États-Unis cette semaine, ont engrangé ensemble un résultat net proche de 120 milliards de dollars.
Les résultats 2019 des banques américaines ont été soutenus par les activités de trading en fin d’année, mais c’est aussi la banque de détail qui a enregistré les meilleurs taux de croissance et de rentabilité chez Chase ou Bank of America. Une activité soutenue par la croissance de l’économie américaine l’an dernier, en ralentissement mais toujours autour de 2 %, avec surtout un consommateur vigoureux, avide de prêts et de cartes de crédit.
Le rendement sur fonds propres (RoE) de JPMorgan Chase a grimpé de deux points l’an dernier, à 15 %, quand il était de 8,2 % en 2018 pour BNP Paribas, à titre de comparaison.

https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/les-banques-americaines-ont-approche-les-115-milliards-de-profits-en-2019-1163631

business-3167295_960_720

L’accord de libre-échange nord-américain a été approuvé aux États-Unis

Le nouvel accord de libre-échange liant Canada, États-Unis et Mexique (ACEUM) a été définitivement approuvé jeudi par le Congrès américain, un vote que Donald Trump peut revendiquer comme une nouvelle victoire économique le jour même du début de son procès en destitution.
La signature du président Trump, indispensable sur les textes de loi, ne fait aucun doute en raison de son soutien à ce traité, qui est une version modernisée de l’accord de libre-échange nord-américain (ALENA), entré en vigueur en 1994 et longtemps décrié par l’hôte de la Maison-Blanche.

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/202001/16/01-5257050-laccord-de-libre-echange-nord-americain-a-ete-approuve-aux-etats-unis.php

entrepreneur-1340649_960_720

Le déficit de l’État pour 2019 plus bas que prévu

Le déficit de l’État s’est avéré être plus bas que prévu en 2019: il s’est établi à 92,8 milliards, alors que l’exécutif tablait encore sur 97,6 milliards il y a seulement deux mois, en novembre (contre 67,7 en 2017). Dans le détail, Bercy met en avant pour expliquer ce solde de l’État « des recouvrements de recettes supérieurs au niveau attendu ». Les recettes fiscales notamment seraient 2,1 milliards d’euros au-dessus de ce qui était attendu en novembre, grâce à la bonne tenue de la TVA et de l’impôt sur les sociétés, mais aussi « du décalage de certains contentieux et du dynamisme des droits de mutation ». Enfin Bercy souligne que l’exécutif a réussi à réaliser 1 milliard d’euros d’économies, « contribuant ainsi au financement des mesures d’urgence économique et sociale ».

https://www.lesechos.fr/economie-france/budget-fiscalite/le-deficit-de-letat-pour-2019-plus-bas-que-prevu-1163153

businessman-3417761_960_720

L’Allemagne boucle 2019 avec une croissance au plus bas depuis six ans

L’Allemagne a vu sa croissance économique nettement ralentir l’an dernier, avec une hausse de 0,6% de son produit intérieur brut après 2,5% en 2017 et 1,5% en 2018, a annoncé mercredi l’Office fédéral des statistiques. C’est son niveau le plus bas depuis 2013. Naguère moteur économique du pays, l’industrie souffre principalement des conflits commerciaux entre Washington et ses principaux partenaires. La production industrielle hors bâtiment a ainsi chuté de 3,6%, et le commerce extérieur a coûté au pays 0,4 point de PIB.

https://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/l-allemagne-boucle-2019-avec-une-croissance-au-plus-bas-depuis-six-ans-1840975.html

chart-594212_960_720

Le vote sur le nouvel ALENA pourrait avoir lieu dès jeudi au Sénat américain

L’accord de libre-échange continental âprement négocié par le Canada avec les États-Unis et le Mexique pourrait faire l’objet d’un vote au Sénat américain avant la fin de la semaine, en vertu des nouveaux échéanciers pour le procès en destitution du président Donald Trump. Le président du Sénat, Mitch McConnell, un républicain du Kentucky, a annoncé la tenue probable du vote, mardi, lors de sa conférence de presse hebdomadaire.
«Nous allons, semble-t-il, être en mesure de procéder avec (l’ACEUM) ici au Sénat cette semaine, a déclaré M. McConnell. Ce sera une bonne nouvelle pour le Sénat et pour le pays. Et je pense que nous avons un large accord bipartite.»

https://www.lesaffaires.com/bourse/nouvelles-economiques/le-vote-sur-le-nouvel-alena-pourrait-avoir-lieu-des-jeudi-au-senat-americain/615196

business-man-1031755_960_720

Marrakech: qui sont les premiers investisseurs étrangers dans l’immobilier ?

Les Français se classent au premier rang des acheteurs de propriétés en raison de la proximité du Maroc avec l’Europe et des relations commerciales solides entre les Français et les Marocains, rapporte The Arab Weekly. Suivront directement les acheteurs britanniques, italiens et espagnols.

https://www.bladi.net/marrakech-investisseurs-etrangers-immobilier,63556.html

house-1407562_960_720

253 000 milliards de dettes dans le monde

La dette mondiale, qui comprend les emprunts auprès des ménages, des gouvernements et des entreprises, a augmenté de 9 billions de dollars pour atteindre près de 253 billions de dollars au cours de cette période, selon l’Institut de la finance internationale. Cela place le ratio de la dette mondiale au PIB à 322%, dépassant de peu 2016 le niveau le plus élevé jamais enregistré.
Dans les marchés émergents, les niveaux d’endettement sont plus bas, pour un total de 72 billions de dollars, mais ils ont augmenté plus rapidement ces dernières années, selon l’IIF. Le ratio de la dette au PIB de la Chine, par exemple, approche les 310%, le niveau le plus élevé du monde en développement.

https://www.google.com/search?client=firefox-b-d&q=google+traduction

matthew-guay-148463-unsplash

Immigration: les Suisses vont voter sur la fin de la libre circulation avec l’UE

L’initiative sur laquelle les Suisses voteront en mai exige désormais que le gouvernement suisse mette tout en œuvre, par la voie de la négociation, pour que l’Accord sur la libre circulation des personnes (ALCP) conclu avec Bruxelles en 1999 cesse d’être en vigueur dans un délai d’un an ou, en cas d’échec, qu’il dénonce unilatéralement cet accord.
Le gouvernement a rejeté l’initiative, estimant qu’elle menace l’emploi en Suisse. Il a aussi souligné qu’en raison de la « clause dite guillotine », une dénonciation unilatérale de l’ALCP entraînerait la fin d’accords bilatéraux avec l’UE et risquerait de remettre en question d’autres traités conclus avec Bruxelles, comme ceux dits de Schengen et Dublin.

https://www.latribune.fr/economie/international/immigration-les-suisses-vont-voter-sur-la-fin-de-la-libre-circulation-avec-l-ue-837190.html

business-man-1031755_960_720

Guerre commerciale: Washington et Pékin signent un premier accord ce mercredi

Les États-Unis et la Chine doivent signer ce mercredi à 17h, heure française, un accord commercial «historique», selon les mots du secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin. Après deux ans de guerre commerciale sino-américaine qui a déstabilisé l’économie mondiale, les deux États s’apprêtent à sceller une première partie d’accord – «phase 1» – avant de poursuivre les négociations en vue d’une «phase 2».
Certaines clauses de l’accord restent encore floues et les documents officiels seront rendus public en fin de journée. L’administration de la Maison Blanche affirme que Pékin va acheter des produits américains pour 200 milliards de dollars sur les deux prochaines années. Cette concession permettra de diminuer l’excédent commercial chinois vis-à-vis des États-Unis – cheval de bataille des deux puissances économiques. En contrepartie de cette promesse d’achat, Trump devrait en principe renoncer à établir de nouveaux droits de douane et diviser par deux ceux appliqués en septembre dernier sur 120 milliards de dollars de biens chinois.

https://www.lefigaro.fr/conjoncture/guerre-commerciale-washington-et-pekin-signent-un-premier-accord-ce-mercredi-20200115

newspaper-2253409_960_720

Le taux d’épargne des ménages quasiment stable à 13,0% dans la zone euro

Au troisième trimestre 2019, le taux d’épargne des ménages a été de 13,0% dans la zone euro au troisième trimestre, contre 13,1% au deuxième trimestre 2019. Le taux d’investissement des ménages était de 9,1% au troisième trimestre 2019 dans la zone euro, contre 9,0% au trimestre précédent.

https://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/10159183/2-14012020-AP-FR.pdf/e5b58c73-0e00-0447-e1b4-b2d392b624a3

making-a-budget-tracking-finances

Le prix du rhodium explose

Le formidable début d’année du palladium est totalement éclipsé par la performance du rhodium. Le rhodium – principalement utilisé dans les autocatalyseurs et cinq fois plus cher que l’or – a déjà bondi de 31% ce mois-ci, atteignant le plus haut niveau depuis 2008 et a quadruplé depuis 4 ans! Les approvisionnements sont limités et les spéculateurs ont intensifié leurs achats de métal après que de grands utilisateurs industriels ont sécurisé des volumes à la fin de l’année dernière, a-t-il déclaré.

https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-01-13/most-precious-metal-rhodium-leaves-everything-else-in-the-dust

cup-2752105_960_720

Les banques impuissantes face à la prochaine crise?

Certes, le taux directeur de la Fed reste très près du plancher, entre 1,5 % et 1,75 %, mais s’il remontait à entre 2 % et 3 %, il offrirait une marge de manœuvre intéressante, juge Ben Bernanke. Elle pourrait alors les baisser en cas de récession, voire jusqu’à 0 %, pour stimuler l’économie.
Mark Carney, gouverneur sortant de la Banque d’Angleterre et ex-gouverneur de la Banque du Canada, poste qu’il occupait lors de la crise de 2008, juge tout cela insuffisant. Il se demande d’abord comme la Fed parviendra à hausser son taux directeur avant la prochaine crise. D’autant que les taux sont déjà à la baisse. Au Royaume-Uni, ils ne sont que de 0,75 %, alors qu’ils naviguent en territoire négatif en Europe et au Japon. Ensuite, il souligne que lors de la dernière crise, il a fallu baisser le taux directeur de la Fed de 5,25 % à 0 % en plus de mettre en branle d’autres moyens.
Mark Carney rappelle aussi que les banques centrales ne sont pas seules dans ce bateau. La politique monétaire n’est pas toute-puissante et les gouvernements devront aussi collaborer en cas de récession.

https://www.conseiller.ca/nouvelles/economie/les-banques-desarmees-face-a-la-prochaine-crise/

business-3224643_960_720