Performance record pour les régimes de retraite

Selon les données des régimes à prestations déterminées composant l’univers de RBC Services aux investisseurs et de trésorerie, le rendement médian s’est affiché à 9,6 % au deuxième trimestre.

« Il s’agit du rendement trimestriel le plus élevé de l’histoire de cet indicateur étalon, compensant les fortes pertes subies au premier trimestre et portant le rendement médian des régimes depuis le début de l’année à 1,4 % », souligne l’institution.

https://www.ledevoir.com/economie/583276/coronavirus-performance-record-pour-les-regimes-de-retraite

Retraite

La crise emporterait 18 000 PME au Québec

Les données viennent de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante. Au Québec, 17 993 PME risquent de disparaître, conclut l’étude. « Bien que près des trois quarts des PME québécoises sont maintenant complètement ouvertes, seulement le tiers possèdent des revenus égaux ou supérieurs à la normale », ajoute François Vincent, vice-président pour le Québec à la FCEI.

Au Canada, cette menace vise 158 000 PME, soit 14 % ou une PME sur sept. « Au Canada, les secteurs les plus vulnérables sont celui des arts et des loisirs ainsi que celui de l’hébergement et de la restauration, les taux étant respectivement de 30 % et 27 %. »

https://www.ledevoir.com/economie/583275/coronavirus-la-crise-emporterait-18-000-pme-au-quebec

PME

Un mois de plus pour payer vos impôts

Ottawa et Québec reportent au 30 septembre la date limite de paiement pour les déclarations de revenus des particuliers, des sociétés et des fiducies.
Par ailleurs, les Canadiens qui ne produisent pas de déclaration d’ici le 30 septembre pourraient être exclus des prestations fondées sur le revenu, comme l’Allocation canadienne pour enfants, ou devoir rembourser une partie de ces prestations s’il y a un changement important par rapport à la déclaration de l’année précédente.

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/2020-07-27/un-mois-de-plus-pour-payer-vos-impots.php

Impôts

L’immobilier en temps de COVID-19: un marché «pas le fun» pour les acheteurs

Le marché immobilier québécois ne fait pas de faveurs aux acheteurs potentiels, qui doivent composer avec un inventaire de résidences en vente limité, ce qui continue de pousser les prix à la hausse malgré la pandémie de COVID-19.
Cette situation a contribué à faire croître les prix dans tous les segments dans le grand Montréal au deuxième trimestre 2020, qui s’est déroulé du 1er avril au 30 juin. Le prix de l’agrégat dans la région métropolitaine a ainsi progressé de 7,7%, d’une année à l’autre.

https://www.journaldemontreal.com/2020/07/26/limmobilier-en-temps-de-covid-19-un-marche-pas-le-fun-pour-les-acheteurs

Immobilier

Le taux prescrit pour un prêt entre conjoints, vous connaissez?

Cette information est passée quelque peu sous le radar, mais depuis le 1er juillet 2020, le taux prescrit pour un prêt entre conjoints est de 1 %. Il était de 2 % depuis avril 2018.

Pour mettre une stratégie de fractionnement de revenu en pratique, le membre de la famille qui a le revenu le plus élevé effectue un prêt à partir de ses placements non enregistrés personnels à un membre de sa famille majeur au revenu plus bas. Ce prêt doit être consigné dans un accord écrit qui stipule les modalités de remboursement (avec ou sans délai) et mentionne un taux d’intérêt au moins égal au taux d’intérêt prescrit par l’ARC au moment du prêt. Cette documentation légale doit être conservée précieusement.

https://www.lesaffaires.com/mes-finances/planification/le-taux-prescrit-pour-un-pret-entre-conjoints-vous-connaissez/618899

Prêt

Paradis fiscaux: pour les entreprises canadiennes, 381 milliards $ d’actifs à l’abri de l’impôt

Selon le groupe Canadiens pour une fiscalité équitable, des entreprises d’ici avaient accumulé un montant total record de 381 milliards $ l’an dernier dans les 12 principaux paradis fiscaux de la planète. Depuis 2018 seulement, on parle de 10 milliards $ de plus à l’abri de l’impôt. Les actifs des entreprises canadiennes dans les paradis fiscaux ont grimpé de 634 % depuis 1999, selon le groupe qui milite en faveur de politiques fiscales justes et progressistes.

https://www.tvanouvelles.ca/2020/07/22/entreprises-canadiennes-un-record-de-381-milliards–dactifs-a-labri-de-limpot

 

Le Québec sur le point de connaître le meilleur rebond au pays

Après avoir touché le fond du baril en avril, l’économie du Québec semble en voie de connaître un rebond plus prononcé que la moyenne canadienne, selon les prévisions provisoires de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Après un recul de 9,6 % du PIB au mois de mars, la contraction a été de l’ordre de 14,8 % en avril, alors que l’économie québécoise était sur pause, ce qui a entraîné la fermeture de tous les secteurs jugés non essentiels. À l’échelle du pays, le déclin était de 11,6 %. Néanmoins, les données publiées mardi par Statistique Canada sur les ventes au détail en mai, qui ont augmenté à 41,8 milliards, semblent donner raison à M. Durocher. Si le gain a été de 18,7 % à l’échelle nationale, c’est au Québec que la hausse a été la plus forte, alors que les ventes des détaillants ont bondi de 33,3 %, pour atteindre 9,1 milliards.

L’économiste principal chez Desjardins anticipe un ralentissement du rythme de croissance de l’activité économique au fur et à mesure que l’on avancera dans la phase de récupération. Le groupe coopératif financier table sur un recul de 6,6 % du PIB réel cette année, par rapport à un déclin de 5,9 % au Canada.

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/2020-07-21/le-quebec-sur-le-point-de-connaitre-le-meilleur-rebond-au-pays.php

Québec
Brèves patrimoniales
Economie
Drapeau du Québec

Canada: l’économie « dans un trou profond » ?

Estimant que « l’économie a besoin aujourd’hui de beaucoup de détente monétaire », il se dit « très conscient du fait que les ménages et les entreprises vivent beaucoup d’incertitude », ce qui oblige la BdC à se montrer très claire sur l’évolution de ses taux directeurs, qui resteront à leur niveau plancher pour longtemps encore. « Nous sommes dans un trou profond », ajoute le dirigeant, qui souligne que l’activité économique au pays a chuté de 15 % au premier semestre. Ce qui implique notamment que la reprise sera « longue et inégale », puisque tous les secteurs ne pourront pas rouvrir en raison de la persistance de la pandémie.

https://www.conseiller.ca/nouvelles/economie/leconomie-dans-un-trou-profond/

absolutvision-365898-unsplash

Le rebond des ventes d’habitations se poursuit en juin au Canada

Les ventes en juin ont augmenté de 63 % par rapport au mois de mai, tandis que le nombre de propriétés nouvellement inscrites à la vente a augmenté de 49,5 % de mai à juin, a précisé l’ACI. Le prix moyen national réel des maisons vendues en juin était de près de 539 000 $, en hausse de 6,5 % par rapport au même mois l’an dernier.
L’ACI a indiqué que la hausse des ventes les avait ramenées à des « niveaux normaux » pour juin, ajoutant qu’elles étaient en hausse de 150 % par rapport à leur niveau d’avril. « Le marché s’est redressé beaucoup plus rapidement que plusieurs ne l’auraient pensé, mais ce qui se passera plus tard cette année demeure inconnu », a affirmé M. Cathcart dans un communiqué.

https://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/immobilier/le-rebond-des-ventes-d-habitations-se-poursuit-en-juin-au-canada/618793

mortgage-5266520_1920

Canada: le taux directeur demeure stable à 0,25%

La Banque du Canada a maintenu son taux d’intérêt directeur à 0,25 % pour s’ajuster aux perspectives économiques rendues « extrêmement incertaines » par la pandémie de COVID-19, et a l’intention de le laisser à ce faible niveau jusqu’à ce que le portrait d’ensemble s’améliore.
Dans la mise à jour de ses prévisions, la banque centrale a indiqué s’attendre à ce que l’économie canadienne se contracte de 7,8 % cette année.

https://www.lesaffaires.com/bourse/nouvelles-economiques/le-taux-directeur-demeure-stable/618790

newspaper-2253409_960_720

Québec: le Mouvement Desjardins achète DuProprio

Le Mouvement Desjardins se lance dans les services de vente immobilière sans intermédiaire en achetant DuProprio ainsi que les activités canadiennes de courtage de la société britannique Purplebricks.
Alors que la marque DuProprio estime être associée à environ 20 % des transactions immobilières, Purplebricks Canada, anciennement appelée Comfree, est présente en Ontario, au Manitoba et en Alberta. Ces deux marques comptent quelque 500 employés — dont 300 au Québec.
Dans son plus récent rapport annuel, Desjardins affirme être le « leader » du crédit hypothécaire au Québec, avec une part de marché estimée à 38 %.

https://www.lesaffaires.com/techno/internet/le-mouvement-desjardins-achete-duproprio/618794

Desjardins_-_Caisse_du_Complexe_Desjardins_-_Montreal_-1m

Les statistiques de CBRE au second trimestre démontrent l’impact de la COVID-19 sur l’immobilier commercial au Canada

Le taux d’inoccupation a atteint 10 %, principalement en raison des biens immobiliers de catégorie A au centre-ville où une absorption nette négative de 403 000 pi² a été enregistrée. La hausse récente des loyers qui s’est poursuivie au T2 a poussé plusieurs occupants à trouver de nouvelles avenues pour mitiger les coûts d’entreprise, notamment en recherchant davantage de locaux à prix réduit.
Bien que l’inoccupation dans les bureaux en sous-location au centre-ville ait augmenté de 43,5 % à 228 000 pi², ces locaux demeurent rares et représentent actuellement 6,9 % des bureaux disponibles ou 0,5 % du parc de bureaux. Toutefois, le volume d’espace de sous-location devrait augmenter au cours des prochains trimestres.
La COVID-19 devrait avoir des répercussions limitées sur les marchés en banlieue en raison de la plus grande concentration d’entreprises dans le secteur pharmaceutique et celui des sciences de la vie.

https://www.informateurimmobilier.com/les-statistiques-de-cbre-au-second-trimestre-demontrent-limpact-de-la-covid-19-sur-limmobilier-commercial-au-canada/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=les-statistiques-de-cbre-au-second-trimestre-demontrent-limpact-de-la-covid-19-sur-limmobilier-commercial-au-canada

office-building-2297869_1920

La pandémie aurait eu un impact sur l’inflation, selon Statistique Canada

Les habitudes des consommateurs canadiens ont tellement changé pendant la pandémie de COVID-19 que la mesure de l’inflation de Statistique Canada est devenue moins fiable, suggère une analyse dévoilée lundi. Les dépenses pour l’essence ont fléchi, étant donné que le prix à la pompe avait plongé et que la fréquence des déplacements en voiture a baissé. Les Canadiens ont moins voyagé, alors qu’ils ont dépensé davantage pour faire l’épicerie.
La Banque du Canada avait signalé en avril dernier que l’inflation serait pratiquement nulle au deuxième trimestre. En raison du niveau d’incertitude provoqué par la pandémie, la banque centrale avait indiqué que le portrait était moins clair pour la suite des choses.

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/2020-07-13/la-pandemie-aurait-eu-un-impact-sur-l-inflation-selon-statistique-canada.php

photo-1504247025080-d81dd33c7faf

COVID-19: le Québec a récupéré la moitié des emplois perdus

Le Québec a enregistré une hausse d’emploi de 248 000 (+6,5 %) en juin. Cette hausse s’ajoute à l’augmentation semblable (+231 000) observée en mai, rapprochant l’emploi à 92,2 % de son niveau observé en février. Parallèlement, le nombre de personnes en chômage dans la province a reculé pour un deuxième mois consécutif en juin (-119 000), ce qui a entraîné une baisse de 3 points de pourcentage du taux de chômage, lequel est passé à 10,7 %. Le recul du chômage au Québec est entièrement attribuable à la baisse du nombre de personnes mises à pied temporairement.

https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/200710/dq200710a-fra.htm?HPA=1&indid=3587-2&indgeo=0

sam-wheeler-95303-unsplash

RMR de Montréal: les marchés de la copropriété et du plex de l’île de Montréal limitent le vif rebond des ventes résidentielles

Ainsi, 4 980 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de juin 2020, ce qui représente une augmentation de 16 % par rapport au même mois l’année dernière. Il s’agit d’un rebond significatif du nombre de transactions dans la RMR de Montréal qui permet d’atteindre le niveau de ventes le plus élevé jamais enregistré pour un mois de juin depuis que le système Centris compile les données de marché.
« S’il est vrai que cette remontée est en grande partie attribuable à la réalisation d’une accumulation de projets d’achat de propriétés qui avaient dû être reportés depuis le début de la crise sanitaire, il faut néanmoins souligner que, malgré le contexte, la confiance est au rendez-vous et la demande demeure forte », se réjouit Julie Saucier, présidente et chef de la direction de l’APCIQ (Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec).
À l’échelle de la RMR, l’unifamiliale est la catégorie qui a affiché le plus fort rebond des ventes en juin, grâce à une augmentation de 23 % à ce chapitre, soit 2 833 ventes. Le segment de la copropriété a enregistré une hausse plus modérée, soit de 10 %, avec 1 711 ventes. Il a été négativement influencé par une absence de hausse des transactions sur l’île de Montréal par rapport à juin 2019, contrairement aux autres grands secteurs géographiques de la RMR. Le segment du plex est resté stable: son niveau de ventes est comparable à celui de la même période l’année passée (434).
En juin, la hausse des prix médians a continué d’enregistrer une croissance à deux chiffres pour toutes les catégories de propriétés, reflétant des conditions de marché toujours très serrées et particulièrement favorables aux vendeurs. Chacun des segments a atteint de nouveaux sommets historiques.

https://apciq.ca/rmr-de-montreal-les-marches-de-la-copropriete-et-du-plex-de-lile-de-montreal-limitent-le-vif-rebond-des-ventes-residentielles/

key-2323278_960_720

Québec: le taux variable en vaut-il encore la peine?

Bien qu’il puisse être très tentant de conserver ce surplus budgétaire pendant l’actuelle période de récession, l’expert recommande fortement de réajuster à la hausse les paiements hypothécaires et de verser également ces montants en paiement de capital. Ainsi, non seulement l’hypothèque sera réglée plus rapidement, mais l’habitude sera prise d’effectuer un paiement plus élevé lorsque les taux remonteront à nouveau.
Plusieurs institutions financières offrent présentement un léger escompte au taux variable par rapport au taux fixe. On peut toutefois encore dénicher un taux variable aussi bas que 1,90 %, comparativement à 2,29 % pour le taux fixe. La différence n’est pas énorme, mais compte tenu que la Fed a très clairement signalé que les taux resteront bas jusqu’en 2022, Peter Tsakiris reste persuadé qu’ils n’augmenteront pas pour plus longtemps encore.

https://www.conseiller.ca/nouvelles/economie/hypotheque-le-taux-variable-en-vaut-il-encore-la-peine/

real-estate-516768_960_720

Immobilier au Canada: les mauvaises créances en forte baisse… pour l’instant

Normalement, en situation de crise économique comme celle vécue présentement, le nombre de mauvaises créances devrait croître, mais cette année nous assistons plutôt à des baisses records. Celles-ci sont dues aux allégements hypothécaires offerts par les grandes institutions financières. Treize banques membres avaient octroyé des sursis ou reports de paiements hypothécaires à plus de 743 000 particuliers au Canada.
Pour l’instant, les allégements alloués sont octroyés pour un maximum de 6 mois, ce qui implique que plusieurs ménages devront recommencer leurs paiements dès le début de l’automne. C’est donc à ce moment que les impacts de la crise économique deviendront visibles dans les statistiques de mauvaises créances.

https://www.lesaffaires.com/blogues/joanie-fontaine/immobilier-mauvaises-creances-forte-baisse/618708

home-1353389_960_720

Hausse de 12 % des prix des maisons en juin à Toronto

Le nombre de maisons vendues dans la région torontoise en juin était juste en deçà de la marque établie il y a un an, tandis que le prix de vente moyen a augmenté de près de 12 % par rapport à juin 2019, a précisé la chambre immobilière.

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/2020-07-07/hausse-de-12-des-prix-des-maisons-en-juin-a-toronto.php

real-estate-516768_960_720

Québec: pas de monopole des courtiers immobiliers

Créée en 1997, DuProprio offre des services aux consommateurs pour vendre leur propriété sans intermédiaire. Ceux-ci paient d’emblée des frais fixes de 700 à 1100 $ plus taxes pour recevoir un bouquet de services, qu’ils réussissent à vendre leur maison ou non. En 2019, le nombre de propriétés déclarées vendues sur la plateforme DuProprio a dépassé les 22 000, un record, soutient la société. Elle dit détenir 20 % du marché de la revente au Québec, soit environ 30 000 inscriptions par année. En fonction de sa grille tarifaire, nous estimons son chiffre d’affaires annuel entre 20 et 30 millions.
L’APCIQ affirmait essentiellement que DuProprio faisait de la publicité fausse et trompeuse en illustrant entre autres des économies réalisées par ses clients, basées sur un taux de commission moyen de 5 %. La Cour a statué non seulement que DuProprio ne fait pas de publicité fausse et trompeuse, mais que le taux de 5 % n’est ni gonflé ni exagéré.
L’OACIQ plaidait que DuProprio devait être assujettie à la Loi sur le courtage immobilier. « La Cour a complètement rejeté ces affirmations, avance le communiqué de DuProprio, en confirmant que DuProprio ne fait pas de courtage et n’agit d’aucune façon comme intermédiaire dans une transaction. »

https://www.lapresse.ca/affaires/entreprises/2020-07-08/deux-victoires-devant-les-tribunaux-pour-duproprio.php

key-2323278_960_720

Les robots-conseillers profitent de la COVID-19

Dans un communiqué, la firme d’analyse de données britannique relève en effet que les services fournis par des robots-conseillers augmentent dans toutes les tranches d’âge. Aux États-Unis, le nombre de baby-boomers utilisant ce type de prestations est ainsi passé de 7,2 % en 2019 à 7,8 % cette année. À l’autre extrémité du spectre d’âge, les membres de la génération Z (nés entre la fin des années 1990 et la fin des années 2000, approximativement) se convertissent aussi à cette pratique: alors qu’ils n’étaient que 13, 6 % à y avoir recours en 2019, cette proportion atteint 16,4 % cette année.
Conclusion de GlobalData, « l’appétit pour les plateformes d’investissement numériques est clairement en hausse ».

https://www.conseiller.ca/produits/placement/les-robots-conseillers-profitent-de-la-pandemie/

office-3295556_960_720