Perspective positive pour l’immobilier au Québec

Une analyse publiée vendredi par Moody’s Analytics vient confirmer le caractère distinct du Québec et de son gros marché, Montréal, dans les projections débordant l’année 2020. La firme anticipe un ralentissement de la progression des prix à l’échelle canadienne cette année et l’an prochain, voire un recul en 2021, avec une hausse moyenne de 1 % comptabilisée à la fin du premier trimestre de 2020, un recul de 1 % à la fin du premier trimestre de 2021. Au cours de la prochaine année, la grande région de Montréal fera bande à part et affichera plutôt une augmentation remarquée des prix, de l’ordre de 5 % d’ici au premier trimestre de 2020.
Ceci sera notamment dû à une détérioration de l’accessibilité qui répondra à une hausse attendue des taux hypothécaires, le taux sur l’échéance de cinq ans pouvant toucher les 5 % à la fin de 2020 contre une moyenne de 4,3 % à l’heure actuelle.
Sur le marché locatif, le taux d’inoccupation s’est fortement replié au Québec, passant de 3,4 % à 2,3 % de 2017 à 2018, tombant sous les 3 %.

https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/554691/vos-finances-le-quebec-immobilier-reste-un-marche-distinct

real-estate-3408039_960_720

 

Les ventes résidentielles ont grimpé en avril au Canada

Les ventes d’habitations au Canada ont affiché en avril leur première augmentation annuelle depuis décembre 2017, les gains observés à Montréal et dans la région de Toronto ayant été supérieurs à la baisse enregistrée dans le Lower Mainland, en Colombie-Britannique.

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/201905/15/01-5226169-les-ventes-residentielles-ont-grimpe-en-avril-au-canada.php

canada-1157521_960_720

 

Emploi: plus d’un million d’emplois disponibles au Québec d’ici à 2026 !

C’est officiel: le Québec aura 1 428 200 emplois à pourvoir d’ici sept ans, principalement en raison du départ à la retraite des baby-boomers mais pas seulement. La Belle Province tend vers le plein-emploi.
« La majeure partie des emplois créés seront ‘hautement qualifiés’, c’est-à-dire qu’ils exigeront minimalement un diplôme d’études collégiales [équivalent d’un niveau L2 ou L3] ».
Quelles catégories d’emplois en profiteront le plus ? En posant un diagnostic sur 500 professions, l’étude conclut que la vente et les services seront de loin les secteurs avantagés, suivis de ceux de la finance et de l’administration, des métiers de l’enseignement et des sciences naturelles et appliquées.

https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/emploi-plus-dun-million-demplois-disponibles-au-quebec-dici-2026

flag-28555_960_720

 

Québec: La planification financière (gestion de patrimoine) pourra être offerte sur Internet

Au Québec, l’offre de services de planification financière sur Internet sans l’intervention d’un professionnel en chair et en os vient d’être spécifiquement autorisée et encadrée par l’Autorité des marchés financiers (AMF), selon les mêmes modalités que la vente d’assurance en ligne. Étant donné la complexité de la réalisation d’une planification financière globale, n’y a-t-il pas un risque que les épargnants fassent fausse route s’ils s’y adonnent seuls sur le web?
« Ça dépend de leurs besoins », répond prudemment la PDG de l’IQPF, ajoutant qu’ils peuvent parfois aussi être insatisfaits d’un planificateur financier humain. Elle dit réagir de façon « neutre » à ce règlement, le voyant de façon ni positive ni négative.

https://www.conseiller.ca/nouvelles/industrie/la-planification-financiere-pourra-etre-offerte-en-ligne/

businessman-3928259_960_720

 

Le surplus pourrait atteindre 5,5 milliards au Québec

Le gouvernement caquiste se trompe dans l’évaluation de son surplus budgétaire 2018-2019: il devrait dépasser de beaucoup les 2,5 milliards annoncés au dépôt du budget en mars et pourrait même atteindre 5,5 milliards.
La directrice générale de l’Institut du Québec (IDQ) reste indulgente à l’égard des experts du ministère des Finances, car il demeure encore difficile de discerner les hausses de revenus qui sont récurrentes et celles qui ne le sont pas.

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/201905/14/01-5225968-le-surplus-pourrait-atteindre-55-milliards-au-quebec.php

flag-28555_960_720

 

Canada: ils achètent des maisons pour blanchir des millions

Selon un récent rapport commandé par le gouvernement britanno-colombien, jusqu’à 5 milliards de dollars ont été blanchis dans le marché immobilier uniquement en 2018. Le prix exorbitant des propriétés à Vancouver n’est pas étranger au phénomène: la valeur moyenne d’une maison unifamiliale a maintenant dépassé le million de dollars.
On estime que le blanchiment fait gonfler les prix des propriétés sur le marché d’environ 5 %. Le Québec pourrait être le prochain sur la liste.

https://www.tvanouvelles.ca/2019/05/12/ils-achetent-des-maisons-pour-blanchir-des-millions

housebuilding-1005491_960_720

 

Au Canada, l’économie numérique dépasse l’exploitation minière, l’activité forestière, le pétrole ou le gaz

L’économie numérique du Canada croît beaucoup plus rapidement que le reste de l’économie et est déjà plus importante que les industries de base telles l’extraction de pétrole et de gaz (4,8%), la vente au détail (5%) ou le secteur de l’agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse (1,8%). Dans l’ensemble, Statistique Canada calcule qu’en 2017, l’économie numérique du Canada valait 109,7 milliards de dollars, soit environ 5,5% de l’économie totale cette année-là. Entre 2010 et 2017, l’économie numérique du Canada a crû de 40,2%. Cela se compare à 28% dans le reste de l’économie.

https://www.cbc.ca/news/business/digital-economy-jobs-1.5121594

canada-1157521_960_720

 

Le gouverneur de la Banque du Canada souhaite un marché hypothécaire plus flexible

Dans un discours prononcé lundi à Winnipeg, M. Poloz a affirmé que les changements pourraient comprendre la mise en valeur de prêts avec des termes de plus de cinq ans, la création d’un marché privé pour les titres adossés à des créances hypothécaires et le lancement d’un prêt hypothécaire avec participation pour les acheteurs d’une première maison.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1168270/banque-canada-stephen-poloz-marche-hypothecaire-options-innovations

home-1353389_960_720

 

Canada: le marché du logement n’est plus aussi vulnérable

Selon l’agence fédérale, la vulnérabilité du marché dans son ensemble est maintenant « modérée », après avoir été « élevée » pendant 10 trimestres consécutifs, bien que certaines villes restent exposées à un risque élevé.
Même si les prix des maisons à Vancouver, Victoria, Toronto et Hamilton se sont rapprochés des niveaux dictés par les facteurs fondamentaux du marché, ces villes continuent d’être exposées à un degré de vulnérabilité élevé, a précisé la SCHL.
Les plus grandes villes des Prairies restent modérément vulnérables, alors qu’Ottawa, Montréal, Québec, Moncton, Halifax et St. John’s sont considérées comme peu vulnérables.

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/201905/02/01-5224378-le-marche-du-logement-nest-plus-aussi-vulnerable.php

money-2724245_960_720

 

Revenu Québec juge la fiscalité québécoise trop complexe pour la déclaration préremplie

La fiscalité québécoise est trop complexe pour offrir gratuitement une déclaration d’impôt préremplie à l’ensemble des contribuables, estime le président-directeur général de Revenu Québec, Carl Gauthier.
«Ce serait difficile compte tenu du régime fiscal au Québec qui est plus complexe que dans la plupart des pays», a dit le PDG dans une entrevue, mercredi, en marge des travaux à l’Assemblée nationale.
Devant ces demandes des divers partis politiques, M. Gauthier estime qu’il faut faire davantage de «pédagogie». Il est important pour lui d’expliquer que les logiciels commerciaux donnent un résultat «même meilleur» que celui qu’obtiendrait Revenu Québec avec un service gratuit équivalent.

https://www.journaldequebec.com/2019/05/01/revenu-quebec-juge-la-fiscalite-quebecoise-trop-complexe-pour-la-declaration-preremplie

flag-28555_960_720

 

Québec : vers un ménage des droits et obligations des époux et conjoints

Faut-il mieux protéger juridiquement les personnes en union de fait ? Le partage obligé du patrimoine familial pour les couples mariés est-il toujours pertinent ? Telles sont quelques-unes des questions qui seront abordées au cours d’une série de consultations publiques qui commencent aujourd’hui.
Ceci provient de la nécessité de réarticuler le droit familial autour de l’enfant. D’une part, parce que c’est l’enfant qui est le point de départ de la famille et celui dont les droits doivent être priorisés. D’autre part, parce que, de nos jours, ce n’est pas le mariage ou le fait d’être conjoint de fait qui crée une interdépendance entre les conjoints, mais bien la naissance d’un enfant. D’où l’idée lancée dans votre rapport de créer une « prestation compensatoire parentale » qu’un parent pourrait devoir payer à l’autre pour le compenser du désavantage que le rôle parental assumé durant la vie commune lui aura occasionné.

https://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-faits-divers/201904/28/01-5223879-vers-un-menage-des-droits-et-obligations-des-epoux-et-conjoints.php

family-1466262_960_720

 

Ottawa cumule un surplus de 3,1 milliards en 11 mois

Le gouvernement fédéral a dégagé un excédent de 3,1 milliards au cours des 11 premiers mois de l’exercice en cours, révèle l’évaluation préliminaire mensuelle de ses finances. Dans l’ensemble, les revenus ont augmenté de 23,5 milliards, ou 8,5 %, par rapport à la même période de 11 mois de l’exercice précédent, a indiqué le rapport. Cela s’expliquait principalement par la hausse des revenus provenant des impôts et tirés des cotisations d’assurance-emploi.
En février seulement, l’excédent a atteint 4,3 milliards, selon le rapport.

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/201904/26/01-5223667-ottawa-cumule-un-surplus-de-31-milliards-en-11-mois.php

canada-1157521_960_720

 

La Banque du Canada laisse inchangé le taux cible du financement à un jour à 1¾ %

La Banque du Canada a annoncé aujourd’hui qu’elle maintenait le taux cible du financement à un jour à 1¾ %. Le taux officiel d’escompte demeure donc à 2 %, et le taux de rémunération des dépôts, à 1½ %.
La croissance économique mondiale a ralenti davantage que la Banque le prévoyait dans le Rapport sur la politique monétaire (RPM) de janvier. L’incertitude persistante liée aux conflits commerciaux a miné la confiance des entreprises et l’activité, ce qui a contribué à un ralentissement simultané dans un grand nombre de pays.
Cependant, la Banque s’attend à ce que la croissance se redresse, à partir du deuxième trimestre de cette année. L’activité sur le marché du logement devrait se stabiliser, étant donné les gains démographiques continus, la diminution des effets des changements passés aux politiques de logement et l’amélioration des conditions financières mondiales. La consommation sera soutenue par la forte croissance du revenu d’emploi.

https://www.banqueducanada.ca/2019/04/fad-communique-2019-04-24

canada-1157521_960_720

 

Futur crise du logement au Québec ?

Cet article indique que le taux d’inoccupation des logements se situait à 1,9 % dans la région de Montréal, et à 1,2 % à Gatineau. Les chiffres de Statistique Canada démontrent qu’en dix ans, le revenu net des locataires a augmenté de 28 %, et le loyer d’un 3½ à Montréal de 18 %. Avec un taux d’effort moindre à consacrer au loyer, de plus en plus de locataires choisissent de vivre seuls (51 % au Québec, contre 41 % dans le reste du Canada). Des propriétaires ont décidé de ne plus louer. À Montréal, près de 5000 duplex ont disparu du rôle foncier depuis 10 ans, soit convertis ou reconstruits en copropriétés, soit devenus unifamiliaux.

https://www.ledevoir.com/opinion/idees/552767/qui-cree-une-crise-du-logement

flag-28555_960_720

 

Canada : Les milléniaux plus riches que les X!

Au Canada, les milléniaux sont aujourd’hui plus riches que ne l’étaient les membres de la génération X au même âge, selon une étude de Statistique Canada avec un revenu médian de 66500$ pour un ménage contre 51000$ il y a 20 ans pour la génération X. Toutefois, il est à noter qu’ils sont également nettement plus endettés qu’eux, en grande partie parce qu’ils ont contracté de lourdes dettes hypothécaires.
Le ratio de la dette au revenu après impôt des milléniaux se chiffre à 216%, ce qui dépasse de loin le ratio de 125% affiché par les membres de la génération X au même âge ainsi que celui de 80% des jeunes baby-boomers, toujours au même âge.
Les inégalités se renforcent. Par exemple, chez les milléniaux, l’écart de la valeur nette va de 9 500 $ pour les 25% moins riches à 253 900 $ pour les 25% les plus riches. En guise de comparaison, le même écart allait de 6 200 $ à 126 900 $ chez les X au même âge.

https://www.lesaffaires.com/blogues/l-economie-en-version-corsee/les-milleniaux-plus-riches-que-les-x/609687

business-1031754_960_720

 

Le Québec, paradis des PME!

Au Québec, il y a près de 240 000 entreprises comptant moins de 99 employés, 4300 entreprises qui embauchent entre 100 et 499 personnes et seulement environ 600 comptent 500 employés et plus. Les petites et moyennes entreprises d’ici embauchent plus de 2,3 millions de travailleurs, représentant 93 % des parts d’emplois !

https://www.lesaffaires.com/blogues/nicolas-duvernois/le-quebec-paradis-des-pme-/609573

1SP14PEJP0

 

L’immobilier tient le coup au Québec

La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) indique que 23 667 ventes ont été réalisées au premier trimestre de 2019, soit une hausse de 8 % par rapport au trimestre correspondant de 2018. « Il s’agit d’un 19e trimestre d’affilée de hausse », indique la fédération. Pour sa part, le prix médian pour l’ensemble du Québec a augmenté de 3 % à 255 000 $ pour les unifamiliales et de 1 % à 231 000 $ pour les copropriétés. Il est demeuré inchangé à 385 000 $ dans le segment des plex.

https://www.ledevoir.com/economie/552248/residentiel-l-immobilier-tient-le-coup-au-quebec

flag-28555_960_720

 

L’avantage des fonds communs de placement constitués en société (FCPS)

Lorsqu’on fait des calculs d’impôt total (société de gestion plus impôt personnel de l’actionnaire), le taux combiné est de 63,18 % en 2019 sur les dividendes américains et, tenez-vous bien, 67,44 % pour des dividendes, par exemple, du Royaume-Uni ! N’aimeriez-vous pas que ces revenus toxiques disparaissent ?
Un des avantages de ces fonds est que la SICAV (vous vous souvenez, cette grande société qui gèrent des dizaines, voire centaines de fonds) peut utiliser ses dépenses d’opérations et autres pour annuler complètement ses revenus d’intérêt et ses revenus étrangers. Cet objectif est généralement atteint. Si jamais ce n’est pas le cas, la société paiera de l’impôt (élevé) sur ces revenus mais ne les distribuera pas aux investisseurs. En ne distribuant pas ces revenus toxiques, le montant après impôts fera croître la valeur du fonds. L’investisseur aura donc un gain en capital plus élevé à la vente. Vous voyez qu’on a ainsi « transformé » un revenu toxique en gain en capital, moins imposé (abattement actuel de 50%). L’objectif ultime d’un FCPS est de distribuer le moins possible de revenus à ses investisseurs. Un FCPS, quant à lui, peut voir un gain en capital annulé par une perte en capital d’un autre FCPS, évitant ainsi une distribution…

https://www.lesaffaires.com/blogues/dany-provost/un-secret-qui-peut-valoir-des-centaines-de-milliers-de-dollars/609509

money-256312_960_720

 

Le système fiscal canadien est trop complexe

Lors de son adoption en 1917, le texte de la Loi de l’impôt sur le revenu comptait 4 000 mots, aujourd’hui il en comprend plus de 1,1 million, révèle une récente publication de l’Institut économie de Montréal (IEDM).
Depuis 2005 seulement, sa longueur a augmenté de 36 % ! Entre 1991 et 2005, le nombre de crédits d’impôt personnels, qui sont autant d’exceptions à prendre en compte lors de son rapport d’impôt, a augmenté de 26 %.

https://www.conseiller.ca/nouvelles/fiscalite/le-systeme-fiscal-canadien-est-trop-complexe/

canada-1157521_960_720

 

Les retours d’impôt, pas forcément une bonne nouvelle

Plus de la moitié (53 %) des contribuables canadiens ont reçu un remboursement d’impôt ou s’attendent à en recevoir un pour l’année d’imposition 2018, ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle pour eux, estime la CIBC. La solution? « Mieux vaut s’assurer que son portefeuille est le plus efficace possible au point de vue fiscal, pour conserver une plus grande part de son argent tout au long de l’année».
L’une des stratégies suggérées consiste à réduire les retenues d’impôt sur chaque chèque de paie au lieu d’attendre la production de votre déclaration au printemps suivant pour obtenir un remboursement. Comment? En remplissant le formulaire T1213 de l’Agence du Revenu du Canada (« Demande de réduire des retenues d’impôt à la source »).

https://www.conseiller.ca/nouvelles/industrie/les-retours-dimpot-pas-forcement-une-bonne-nouvelle/

flag-28555_960_720