Québec : Ne déclarez pas vos revenus sur papier!

C’est la mise en garde que vient de faire l’Agence du revenu du Canada (ARC) en prévision de la prochaine saison des impôts. Les déclarations sur papier prennent plus de temps à traiter, et elles pourraient en prendre encore plus en raison de la crise sanitaire, a précisé l’agence gouvernementale.
Les déclarations de revenus produites en ligne sont, quant à elles, traitées sans délai. En étant inscrits au dépôt direct, les contribuables peuvent obtenir leur remboursement en seulement huit jours ouvrables.

https://www.conseiller.ca/nouvelles/fiscalite/ne-declarez-pas-vos-revenus-sur-papier/

 

Montréal en 2019-2020 : ,+ 5000 habitants mais déficitaire en migration inter-régionale

Montréal a perdu près de 36 000 habitants au profit des autres régions du Québec, en 2019-2020 — son plus important déficit depuis que les données sont disponibles, soit depuis 20 ans. Plus précisément, Montréal a perdu 35 900 habitants dans ses échanges migratoires entre les régions du Québec en 2019-2020, soit 27 000 personnes qui sont venues s’établir à Montréal en provenance des autres régions du Québec, pendant que 62 900 l’ont quittée pour une autre région.
Quand on regarde le portrait d’ensemble, la population de Montréal a tout de même crû de 5000 personnes, cette année-là.

https://www.lesaffaires.com/dossier/organisation-du-travail/montreal-a-perdu-36-000-habitants-en-2019-2020/622383

 

Québec : quel est le niveau de pression fiscale ?

Concernant la façon de percevoir ces recettes fiscales, on constate que les moyens sont semblables d’un pays à l’autre, mais avec une forte préférence pour les impôts sur le revenu au Québec et au Canada comparativement à la moyenne des pays de l’OCDE, où les taxes à la consommation et les cotisations sociales dominent.

Certains pays comme le Danemark tirent de l’impôt sur le revenu des particuliers une proportion encore plus grande que nous de leurs recettes totales (52 % contre 35 % pour le Québec), pendant que d’autres recueillent une grande partie de leurs recettes à partir des taxes à la consommation, le cas extrême étant celui du Chili, dont 53 % des recettes proviennent des taxes à la consommation comparativement à 30 % pour la Norvège et le Danemark et 24 % pour le Québec.

En proportion de son PIB cette fois, si le Québec était un pays membre de l’OCDE, il se situerait au 3e rang sur 38 des nations qui accordent le plus d’importance à l’impôt sur le revenu, au sixième rang pour les impôts sur les profits, mais au 28e rang seulement pour l’importance des taxes à la consommation, dont celles qui visent à protéger l’environnement.
Que peut-on déduire de ces données ?

D’abord, que le Québec hésite encore à suivre la tendance des pays de l’OCDE qui délaissent les impôts sur le revenu qui pénalisent le travail au profit des taxes à la consommation et de l’écofiscalité

Au titre de la correction des inégalités, alors que le groupe de 1 % supérieur de revenu a récolté 12,1 % des revenus bruts totaux du Québec en 2018, sa part du gâteau a chuté à 8,7 % une fois les impôts payés. En Ontario, la part du groupe de 1 % qui était de 14,1 % avant impôt est passée à 10,1 % après impôt.

https://www.ledevoir.com/opinion/editoriaux/593248/fiscalite-encore-les-impots

 

Québec :Peu de créanciers ont repris des propriétés en 2020

Depuis quelques années, le nombre de mauvaises créances diminue grâce à un marché immobilier dynamique et à une bonne tenue de l’économie. En 2020, avec la crise actuelle, on aurait pu s’attendre à un rebond, mais c’est plutôt le contraire qui s’est produit. Certains ménages ont certainement connu des difficultés financières, mais les nombreuses mesures d’aide, dont la Prestation canadienne d’urgence (PCU) et la possibilité de reporter des paiements hypothécaires, ont eu pour effets de réduire considérablement les nombres de préavis d’exercice et de délaissements publiés.

Au cours du 4e trimestre de 2020, 899 préavis d’exercice ont été comptabilisés, tous types de propriétés confondus, soit 46% de moins qu’à la même période l’année précédente. Pour l’ensemble de l’année 2020, 3916 actes de ce type ont été comptabilisés ce qui constitue une baisse de 42% par rapport à la même période l’année précédente. Ce nombre représente un creux en plus de 10 ans, une situation exceptionnelle.

https://www.lesaffaires.com/blogues/joanie-fontaine/peu-de-creanciers-ont-repris-des-proprietes-en-2020/622289

 

Une «forte croissance économique» en 2021, selon CFA Montréal

Ce sondage montre que les analystes sont plutôt optimistes en ce qui a trait à la reprise économique au Québec. Ainsi, près de la moitié d’entre eux (46%) estiment qu’il faudra de 12 à 24 mois pour retourner au niveau d’emplois précédant la pandémie. Cette reprise économique est alimentée par un effet de rattrapage et par l’impact des incitatifs fiscaux et de la politique monétaire accommodante de la Banque du Canada.

En 2021, le Mouvement Desjardins prévoit que le PIB réel progressera de 4,5% au Québec, soit un niveau plus élevé que la moyenne canadienne (4,1%) et qu’aux États-Unis (4,3%), selon ses prévisions économiques et financières, publiées le 18 décembre.

https://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/general/une-forte-croissance-economique-en-2021-selon-cfa-montreal/622306

 

Fiscalité au Québec : 38,9% de pression fiscale

Cette « pression fiscale » de 38,9 %, en hausse de 0,4 point de pourcentage sur une année, plaçait la province au 11e rang parmi les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), alors que le Canada se trouvait près de la moyenne, avec un taux de 34,1 %. Le Mexique est le pays où la pression fiscale est la moins élevée (16,5 %), tandis que le Danemark (46,3 %) occupe la tête du classement et suivi de la France (45,4%)

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/2021-01-08/le-poids-de-la-fiscalite-en-hausse-au-quebec.php

 

Immobilier canadien : Immobilier Cinq prédictions pour 2021

James Laird, 36 ans, qui préside aussi le courtier hypothécaire CanWise, de Toronto croit que les bas taux d’intérêt contribueront à la hausse des prix de l’immobilier. La demande sera plus forte en banlieue, autour des grands centres urbains. Le télétravail incitera les acheteurs à vouloir de plus grandes propriétés. « La pandémie nous a fait réfléchir à notre milieu de vie ».

Cette prédiction est en tous points conforme aux prévisions de l’APCIQ pour 2021. L’association des courtiers prévoit une hausse du prix médian (prix qui coupe l’échantillon en deux parts égales) de 5 % dans l’ensemble du Québec, de 7 % dans la région montréalaise et de 5 % dans la région de la Capitale-Nationale.

L’homme d’affaires avance que la Banque du Canada laissera inchangés ses taux directeurs, qui sont à 0,25 % depuis le 27 mars 2020. « Elle voudra laisser le temps à la campagne de vaccination de se terminer et aux indicateurs économiques de revenir au niveau prépandémie avant de faire quoi que ce soit », se risque-t-il à dire.

Le prix des condos au centre-ville reculera : « C’est déjà commencé à Montréal », soutient M. Brant. De son côté, M. Laird y va de cette prédiction en raison de la chute de la demande causée par ces trois facteurs : l’absence des étudiants sur les campus des universités au centre-ville, la disparition de la demande pour des nuitées Airbnb et l’arrêt momentané du flux d’immigrants au pays.

https://www.lapresse.ca/affaires/2021-01-07/immobilier/cinq-predictions-pour-2021.php

Le TSX fracasse un nouveau record à Toronto

La Bourse de Toronto a fracassé un nouveau record, jeudi, l’indice composite S&P/TSX dépassant pour la première fois les 18 000 points en cours de séance, poussé par les espoirs d’aide financière du prochain gouvernement démocrate de Joe Biden, qui entrera en poste aux États-Unis le 20 janvier.

Les marchés ont été encouragés par l’annonce de l’augmentation du nombre d’exportations canadiennes en novembre. Le déficit commercial avec le monde s’est rétréci, passant de 3,7 milliards en octobre à s’élèvait à 3,3 milliards en novembre.

https://www.lesaffaires.com/bourse/indices-boursiers/le-tsx-fracasse-un-nouveau-record-a-toronto/622239

 

Les ventes d’habitations ont atteint un sommet record à Montréal en décembre

Les ventes d’habitations dans la grande région de Montréal ont grimpé en décembre de 32 % par rapport au même mois un an plus tôt, établissant un nouveau record pour ce mois, a indiqué mardi l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ).
Pour l’ensemble de 2020, les ventes de logements dans la région montréalaise ont grimpé de 8 %, a ajouté l’APCIQ. Le prix médian des maisons unifamiliales a progressé de 21 % en décembre par rapport au même mois en 2019, pour atteindre 430 000 $. Du côté des copropriétés, il a avancé de 14 % à 325 000 $, tandis que celui des plex a pris 10 % à 640 000 $.

https://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/immobilier/les-ventes-d-habitations-ont-atteint-un-sommet-record-a-montreal-en-decembre/622172

 

Québec : Les frais d’immigration et d’études augmentent

En effet, le Québec a pris la décision d’augmenter les frais liés au traitement des dossiers d’immigration vers le Québec, mais aussi des dossiers d’étude. Cette décision a été appliquée le 1er janvier 2021. La hausse concerne tous les demandeurs souhaitant s’installer ou poursuivre leurs études dans la province francophone du Canada.
La hausse reste cependant contenu entre 1 et 2%

https://www.observalgerie.com/quebec-les-frais-dimmigration-et-detudes-augmentent/2021/

 

Un coffre-fort à bitcoins montréalais

« Avant toute chose, nous proposons un environnement sécuritaire pour conserver les clés privées bitcoin d’investisseurs professionnels », explique Thibaud Maréchal, vice-président de Kn0x, une start-up fondée en 2017 par quatre étudiants universitaires, dont trois de l’Université McGill.
Les « clés privées » sont ces codes qui permettent d’accéder à la monnaie cryptographique, qui est pour sa part inscrite dans la chaîne de blocs (blockchain) Bitcoin. De l’avis de spécialistes, ces clés sont le talon d’Achille de la plus célèbre des cryptomonnaies.

Quiconque les égare — ou se les fait voler — perd le sésame qui permet de retrouver ses bitcoins. Environ 20 % des bitcoins en circulation — l’équivalent de 75 milliards de dollars américains — seraient à tout jamais perdus à cause de cela, selon une étude publiée l’an dernier par la firme Chainalysis.
Or, Kn0x se démarque de ses concurrents grâce à sa police d’assurance.

Celle-ci couvre l’équivalent de la valeur des bitcoins détenus par les investisseurs, indique Thibaud Maréchal. Pour ce faire, la start-up, qui protège des cryptoactifs dont la valeur dépasse 10 millions de dollars, travaille de concert avec Lloyd’s of London, un important marché britannique où des compagnies d’assurances partagent la couverture de risques dans le secteur de l’investissement.

https://www.ledevoir.com/economie/592148/technologie-un-coffre-fort-a-bitcoins-montrealais

 

Retraite chapeau : de nouvelles règles pour encadrer les départs des hauts revenus

Une circulaire de la direction de la Sécurité sociale vient préciser le fonctionnement de la nouvelle formule de la « retraite chapeau », un système qui concerne les plus postes les plus haut placés dans les entreprises. Les nouvelles directives doivent permettre de mieux encadrer cette pratique afin d’éviter les abus.

Comme cela était mentionné dans l’ordonnance de 2019, les droits à la « retraite chapeau » sont acquis même si le haut dirigeant quitte l’entreprise. Cette disposition a pour but d’éviter de se servir de ce système pour recruter des personnes proches de la retraite. Le montant de ces droits de retraite ne pourra plus dépasser 3 % du salaire, dans la limite globale de 30 % des revenus perçus dans l’entreprise. Enfin, les hauts dirigeants qui souhaitent en bénéficier devront justifier de leurs performances.

https://www.boursorama.com/patrimoine/actualites/retraite-chapeau-de-nouvelles-regles-pour-encadrer-les-departs-des-hauts-revenus-a34ad547dd87ae83184d76ef5416b929

 

Les grandes banques canadiennes ne sont pas si vertes, selon des études

« Il n’y a pas de diminution importante du financement », a observé Olaf Weber de l’École de l’environnement, de l’entreprise et du développement de l’Université de Waterloo.
Une étude récente de Rainforest Action Network a placé la Banque Royale, la Banque TD et la Banque Scotia dans le top 10 mondial pour le financement des combustibles fossiles, fournissant plus de 89 milliards $ aux sociétés pétrolières rien qu’en 2019. La Banque de Montréal et la Banque CIBC occupent les 16e et 21e rangs, avec un total de près de 42 milliards $.

https://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/services-financiers/les-grandes-banques-canadiennes-ne-sont-pas-si-vertes-selon-des-etudes/622011

 

Canada : les AG annuelles des banques pourront être en ligne

Les plus grandes banques et compagnies d’assurance du Canada ont obtenu le droit d’organiser leurs prochaines assemblées générales annuelles en ligne, alors que la pandémie de COVID-19 se poursuit.

La permission de 2021 a été demandée par la Banque Royale, la Banque TD, la Banque de Montréal, la Banque Scotia, la Banque CIBC, la Banque Nationale, la Banque Laurentienne, la Banque canadienne de l’Ouest, la Financière Sun Life, la Financière Manuvie, Great-West Lifeco et Canada-Vie.

https://www.lesaffaires.com/bourse/nouvelles-economiques/covid-19-les-ag-annuelles-des-banques-pourront-etre-en-ligne/621946

 

Hausse de 1 % de l’Indice des prix à la consommation en novembre au Canada

D’une année à l’autre, l’Indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté à un rythme plus rapide en novembre (+1,0 %) qu’en octobre (+0,7 %). Les prix du logement (+1,9 %) ont le plus contribué à l’augmentation de l’indice d’ensemble. Sans l’essence, l’IPC a progressé de 1,3 % en novembre, en hausse par rapport à la croissance de 1,0 % enregistrée en octobre.

https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/201216/dq201216a-fra.htm?HPA=1

 

Le marché immobilier canadien modérément vulnérable, dit la SCHL

La hausse des prix des maisons observée dans de nombreuses villes cet été et cet automne était supérieure à celle qui pourrait être justifiée en fonction des niveaux de revenu et la croissance démographique au Canada, a souligné mercredi la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).
La surévaluation a également augmenté à Toronto, Montréal et Regina, bien que le degré de vulnérabilité de ces trois villes ne soit que «modéré» par rapport au type de conditions observées à la fin des années 1980 et au début des années 1990 dans la bulle immobilière de Toronto.

https://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/immobilier/le-marche-immobilier-canadien-moderement-vulnerable-dit-la-schl/621978

 

Canada : les AG annuelles des banques pourront être en ligne

Les plus grandes banques et compagnies d’assurance du Canada ont obtenu le droit d’organiser leurs prochaines assemblées générales annuelles en ligne, alors que la pandémie de COVID-19 se poursuit.
La permission de 2021 a été demandée par la Banque Royale, la Banque TD, la Banque de Montréal, la Banque Scotia, la Banque CIBC, la Banque Nationale, la Banque Laurentienne, la Banque canadienne de l’Ouest, la Financière Sun Life, la Financière Manuvie, Great-West Lifeco et Canada-Vie.

https://www.lesaffaires.com/bourse/nouvelles-economiques/covid-19-les-ag-annuelles-des-banques-pourront-etre-en-ligne/621946

 

Canada : Les ventes résidentielles ont augmenté de 32,1% en novembre

Selon l’ACI, 511 449 maisons ont été vendues jusqu’à présent cette année, ce qui pourrait permettre au marché immobilier canadien d’atteindre un sommet record de ventes annuelles. Le prix national moyen des maisons s’est établi à 603 000 $ en novembre, en hausse de 13,8 % par rapport au même mois l’an dernier, a indiqué l’association.

Les ventes de maisons ont cependant diminué de 1,6 % entre octobre et novembre, a précisé l’ACI, alors que le marché s’est installé dans la saison hivernale, traditionnellement plus tranquille, après que la pandémie de COVID-19 a retardé la forte activité habituellement enregistrée au printemps.

https://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/immobilier/les-ventes-residentielles-ont-augmente-de-321-en-novembre-/621942

 

La Banque du Canada confirme ne prévoir aucune hausse de taux avant 2023

La Banque du Canada a annoncé qu’elle maintient le taux cible du financement à un jour à sa valeur plancher de ¼ %. Le taux officiel d’escompte demeure donc à ½ %, et le taux de rémunération des dépôts, à ¼ %. La Banque maintient ses indications prospectives exceptionnelles, auxquelles son programme d’assouplissement quantitatif s’ajoute tout en les renforçant. Les achats dans le cadre de ce programme se poursuivent au rythme actuel d’au moins 4 milliards de dollars par semaine.

La reprise de l’activité économique au Canada devra continuer d’être appuyée par des mesures de politique monétaire exceptionnelles. Le Conseil de direction maintiendra le taux directeur à sa valeur plancher jusqu’à ce que les capacités excédentaires dans l’économie se résorbent, de sorte que la cible d’inflation de 2 % soit atteinte de manière durable. Selon notre projection d’octobre, cela ne se produira qu’au cours de 2023. Pour renforcer cet engagement et garder les taux d’intérêt bas sur toute la courbe de rendement, la Banque poursuivra son programme d’assouplissement quantitatif jusqu’à ce que la reprise soit bien amorcée et ajustera celui-ci au besoin pour que l’inflation retourne à la cible de façon durable.

https://www.banqueducanada.ca/2020/12/fad-communique-2020-12-09

 

Assurance vie universelle : portrait de l’offre au Canada

Au moins 12 assureurs continuent de l’offrir avec plus d’un produit dans certains cas. Manuvie a même trois déclinaisons différentes d’assurance vie universelle. Les conseillers financiers peuvent donc offrir pas moins de 17 produits différents aux Canadiens.
Quant au capital assuré, il peut être aussi bas que 25 000 $ chez la moitié des assureurs qui l’offre, mais peut atteindre 10 millions de dollars chez la plupart des joueurs. Un assureur offre même une couverture jusqu’à 50 millions de dollars.

https://portail-assurance.ca/article/assurance-vie-universelle-portrait-de-loffre-au-canada/